Afnic

Logo Afnic
Depuis sa création en 1998, l'Afnic se donne pour objectif de contribuer au développement
- d'un Internet sûr et stable ;
- ouvert aux innovations ;
- où la communauté Internet française joue un rôle de premier plan.

Dans ce but, ses missions sont
- d'exceller dans la fourniture de services essentiels résilients au coeur de l'infrastructure Internet en France ;
- de développer et de partager son expertise pour faciliter les transitions vers l'Internet du futur.


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

L'Afnic est attachée à ce que ses activités aient le minimum d'impact négatif sur l'environnement et à ce qu'elles contribuent autant que possible au développement social et économique en France.

L'Afnic investit ainsi le bénéfice dégagé par la gestion du .fr dans la Fondation Afnic pour la solidarité numérique, De la même manière, l'Afnic participe au financement d?actions de solidarité internationale ayant pour objet le développement de l'usage de l'Internet dans les pays du Sud, notamment en Afrique francophone.

L'Afnic souhaite également limiter l'impact carbone de son activité, afin de participer à la promotion d'un internet respectueux de l'environnement et porteur de solutions concrètes pour limiter le réchauffement climatique. Cet engagement est essentiel dans la mesure où les signes extérieurs de rejet carbone des activités liées à la société de l'information sont beaucoup moins visibles que ceux issus de l'industrie, mais non moins réels. En s'engageant dans une politique résolue de suivi et de limitation de l'empreinte carbone de ses activités, l'Afnic inscrit son activité dans la durée et n'oublie pas qu'un internet sûr et stable ne peut se développer que dans le respect de l'ensemble de son environnement.

La ruche en images

  • La ruche Afnic
  • La ruche Afnic
  • La ruche Afnic
  • La ruche Afnic
  • La ruche Afnic
  • La ruche Afnic
  • La ruche Afnic

L'apiculteur : Bernard et Jean-Marc BREUIL

UTPLA apiculteur Bernard et Jean-Marc BREUIL

Bernard est apiculteur dans la région de Cognac en plein cœur de la Charente. Une vocation qui l'a piqué très jeune puisqu'il pratique l'apiculture depuis plus de 40 ans et s'occupe maintenant de plus de 800 ruches.
Bernard a su transmettre cette passion à son fils Jean-Marc qui reprend maintenant l'exploitation.
De façon à travailler avec des abeilles adaptées au terroir charentais Bernard et Jean-Marc sélectionnent et élève eux même leur reines.

Très engagé pour la défense de l'abeille, Bernard est aussi président du Groupement de Défense Sanitaire Apicole de la Charente.
Il s'occupe également, depuis plusieurs années, des ruches installées dans les jardins du Conseil général, sur les remparts d'Angoulême.

Miellees 2015

Bonjour,

La récolte de tournesol est bientôt faite et se finira la semaine prochaine.
On va mettre les ruches en hivernage et nous procèderons au traitement contre la varroase prochainement.
Les ruches se portent bien, elles sont plutôt très belles si il n y avait pas la sécheresse ce sera parfait car elle a arrêté la miellée de tournesol.
Le beau temps favorable au début de saison a été défavorable ensuite du fait des terres sans humidité freinant les floraisons et ainsi le manque de nectar.
Un peu plus tôt sur la saison, nous avons mis les ruches sur la jachère fleurie semée par Un toit pour les abeilles, une petite récolte qui  a été très utile et a permis de garder les colonies en bonne composition
Le Sainfoin, trèfle blanc, mélilot, luzerne et phacélie sont très utiles en période de disette entre 2 grosses miellées.

Le miel livré à l'automne aux parrains sera un mélange toute fleurs de bonne qualité de nos crus 2015 en printemps, tournesol et jachère mellifère.

Voir toutes ses actualités


Le rucher de Vaux-Rouillac

Le rucher de Vaux-Rouillac
Situé à quelques kilomètres de Jarnac en plein cœur de la Charente le rucher se trouve sur une zone de culture de chênes truffiers. Le territoire est composé de nombreuses parcelles de forêts entourées de champs.

Quarante hectares de fleurs plantées en pourtour fournissent des nectars et pollens sains (sans pesticide) à une période ou les butineurs manquent de nourriture (fin d'été en particulier).

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Même s’il fait encore froid en ce début de mois de février, nous sommes bien loin des températures glaciales de ces dernières semaines. Partout en France les prévisions météorologiques annoncent le redoux. Quoiqu’il en soit, et même si par endroit il fait encore froid, l’essaim va reprendre son activité. Il est l’heure du réveil de la colonie ! La grappe qui avait permis de conserver des températures élevées au sein de la ruche, va tout doucement se disloquer. La reine va reprendre la ponte. D’une petite rondelle sur un cadre, elle va remplir plusieurs cadres de couvain, en fonction des provisions en pollen.

La population au sein de la ruche va grossir rapidement. Cette période durant laquelle les abeilles passent d'une situation de repos hivernal, à une reprise d'activité pour la reine et la colonie, est particulièrement importante. Elle est également facteur de stress pour l'apiculteur car déterminante pour les mois à venir.
La population se développe rapidement et les réserves s’épuisent aussi vite, sans que les abeilles ne puissent encore sortir pour butiner et ramener de nouvelles provisions.

Zoom sur …
Le Cycle de la vie de l’abeille

A partir de l’œuf pondu dans son alvéole, la future abeille va passer par quatre stades différents, jusqu’à l’abeille adulte…

Au départ il y a l’œuf de la Reine. En fonction de son statut « fécondé » ou non, et de l’alimentation, l’œuf deviendra une nouvelle reine ou une ouvrière (oeuf fécondé), ou un faux-bourdon (oeuf non fécondé). L’œuf est déposé verticalement au fond de l’alvéole. Au bout de trois jours à peine, l’œuf devient larve. Semblable à un ver blanc, il va muer et grossir pendant 4 jours au sein de l’alvéole où il est nourri par les abeilles. Au neuvième jour, le nourrissage est arrêté et l’alvéole operculée avec de la cire, pour laisser la larve évoluer doucement en Nymphe (pupe). On voit notamment à ce stade se dessiner les antennes, les yeux, la bouche, les pattes ou encore les ailes. C’est une abeille adulte ou imago qui sortira de l’alvéole au vingtième jour. Elle deviendra par la suite une ouvrière.

De son côté, l'apiculteur …
Dernière ligne droite pour l'apiculteur avant le retour des beaux jours. Février est une période de tous les dangers. Les contrôles demeurent visuels principalement car le froid demeure. La pesée des ruches reste également importante pour estimer les réserves encore disponibles au sein de la ruche.

Le Saviez – vous ? Comment reconnait-on la Reine ?
Sa taille tout d’abord… La Reine mesure en moyenne 20mm lorsque l’ouvrière en fait 15. Sa couleur avec reflets chauds ou bronzés est également un signe distinctif. Son abdomen est plus long et n’est pas entièrement recouvert par ses ailes, comme pour les ouvrières. Les yeux de la Reine ont moins de facettes que l’ouvrière. Son dard est plus lisse et elle pourra le retirer et piquer de nouveau. L’ouvrière en revanche meurt une fois son dard retiré. Elle n’a pas de glandes cirières et sa démarche est beaucoup plus lente.

Un peu de poésie … La citation du mois !
"Abeilles sans reine, ruche perdue." Proverbes Russes




Imprimer la page

Retour