CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)

Logo CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)
CASALGRANDE PADANA S.p.A. est une usine Italienne renommée spécialisée dans la fabrcation de carreaux en grès cérame, elle est reconnue comme étant l'un des principaux acteurs du marché de la céramique en Europe et dans le monde. Forte de ses 55 ans d'expérience, le 'Made in Italy' de la CASALGRANDE PADANA S.p.A. restera gravé dans l'histoire du développement de ce matériaux aux qualités exceptionnelles.

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

Outre le commerce de ses produits, la CASALGRANDE PADANA investit depuis de nombreuses années dans l'amélioration des techniques de fabrication des dalles en céramiques, afin de réduire les pertes et rejets industriels au stricte minimum. Tout est mis en oeuvre pour respecter les 1.000 employés qui y travaillent et par conséquent la région toute entière. L'eau, la chaleur, la poussière, tout y est réutilisé dans sa quasi totalité. Détenteur des normes environnementales internationales EMAS et ISO14001 CERTIQUALITY elle respecte avant tout l'humain et l'environnement. Un commerce durable qui respecte au maximum la terre et ses habitants, voilà la signification du 'Made in Italy' de la CASALGRANDE PADANA S.p.A.

La ruche en images

  • La ruche CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)
  • La ruche CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)
  • La ruche CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)
  • La ruche CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)
  • La ruche CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)
  • La ruche CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)
  • La ruche CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)
  • La ruche CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)
  • La ruche CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)
  • La ruche CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)

L'apiculteur : Jean-Christophe et Frédéric BAYET

UTPLA apiculteur Jean-Christophe et Frédéric BAYET

Nous sommes deux amis apiculteurs en Belgique dans la province de Namur, passionnés par le monde des abeilles.

Comme il est pour nous tout aussi important de produire du miel que de bien connaitre le comportement de l’abeille dans sa ruche et dans son environnement naturel proche, nous avons décidé pour améliorer nos connaissances, de suivre un cursus de deux ans et de peaufiner ce dernier par un cours spécifique sur l’élevage de reines en Avril 2013.
Ce qui nous permettra d’élever nous-mêmes les reines qui peupleront nos futurs essaims dans la perspective d’augmenter notre cheptel pour atteindre 40 à 50 ruches d’ici 3 à 4 ans.

Notre souhait étant d’apporter une brique en plus à la maison « abeilles », en effet si ces petites bêtes venaient à disparaître, ce sont près de 80% des espèces végétales qui pourraient disparaître de la surface de la terre.
A la base de l’équilibre des écosystèmes, elles représentent plus de 35% de nos ressources alimentaires…. Il faut donc en élever de plus en plus et les protéger.

Informations concernant la recolte 2016

Le miel que vous aurez le plaisir de déguster soit à l'automne soit au printemps prochain (selon vos dates de parrainages) est un miel récolté il y a 1 mois.
Nous avons laissé les hausses le plus tard possible ("grenier à miel" de la ruche) sur les ruches afin de bénificier des dernières floraisons.
Ce qui fait qu'on y retrouve principalement les pollens suivant: Ronce, Trèfle, Phacélie, Tilleul et une pointe d'acacia (robinier faux acacia).
Ainsi voici les essences que vous retrouverez derrière le nom "Miel de Fleurs" des pots que vous recevrez :-)
Bonne dégustation !

Voir toutes ses actualités


Le rucher de Vignette

Le rucher de Vignette
Frédéric et Jean-Christophe disposent aujourd’hui de deux ruchers (Vignette & Rissart) d’une dizaine de ruches proches de leur domicile afin de s'occuper au mieux des abeilles.

Ils envisagent de développer leur activité par l’installation de deux nouveaux ruchers, l’un situé en zone boisée et l’autre dans une zone naturelle sur les hauteurs de Floreffe proche de l’abbaye.

Si tout se passe bien, ce monde fascinant des abeilles pourrait leur faire passer à 50 ruches voir plus d’ici 2016, leur ouvrant alors les portes de l’apiculture professionnelle…

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Le réveil des colonies ne devrait plus tarder à présent. Mais il fait encore un peu froid dehors. Alors les abeilles restent blotties, bien au chaud, dans la ruche en attendant des températures un peu plus clémentes.
En cette première semaine de mars, les prévisions météorologiques annoncent des températures encore basses, ne permettant pas un réveil actif des colonies. Les prévisions pour cette première semaine de mars annoncent une moyenne l’après-midi de 9 ou 10°C sur la grande majorité du territoire. Les abeilles, elles ont besoin de températures avoisinant les 12 ou 13°C pour commencer à sortir.



Les prochaines semaines devraient voir les températures se réchauffer sur toute la France, et avec elles la reprise d’activité des abeilles.
Il va être grand temps, pour les abeilles, cloisonnées tout l’hiver de repartir dans la nature, à la recherche des premiers nectars et pollens de printemps pour venir étoffer des réserves bien diminuées durant l’hivernage.
Dès que le ciel est suffisamment dégagé et que les températures le permettent, il n’est pas rare de voir quelques abeilles, parties en éclaireuses à la recherche de ressources proches de la ruche. Elles s’en retourneront prévenir leurs acolytes par le biais d’une « danse en huit » particulière aux abeilles et qui permet de situer l’emplacement des fleurs ou plantes mellifères repérées.

Zoom sur …
La Reine
Avec le retour des quelques nectars et pollens dans la ruche, la Reine va également pouvoir intensifier la ponte. Ce sont en effet avec ces mêmes ressources que les larves seront nourries. A l’aube du printemps, la Reine accélère son rythme de ponte, avec près de 1000 œufs pondus par jour. En pleine activité elle pourra pondre jusque 2000 œufs par jour.
Voici à gauche, une photo de Reine en train de pondre, et à droite une photo d'oeufs et de larves abeilles.

  

De son côté, l'apiculteur …

Nous y sommes… L’apiculteur va pouvoir très bientôt ouvrir les ruches. Un moment stressant pour les « bergers des abeilles » qui ont vécu dans le doute tout l’hiver. Il y a eu, ici où là quelques indices évocateurs, permettant de savoir comment se portent les ruches. Le poids par exemple, mais aussi et plus tristement les cadavres d’abeilles retrouvés au pied de certaines ruches. Mais rien d’autre. Les apiculteurs n’ont pas pu ouvrir les ruches durant l’hivernage de peur de mettre en péril les colonies. C’est cette fin mars, que l’ouverture des ruches va nous en dire davantage sur le pourcentage de mortalité des abeilles et surtout sur la santé des colonies de printemps.

Nota Bene

Avec la ponte de la Reine, le varroa reprend son activité. Il s'agit d'un acarien parasite de 1.5mm à peine, originaire d’Asie, et qui fait grand mal à nos colonies d’abeilles. Le Varroa vient en effet se greffer sur les abeilles, les larves et les nymphes qu'il pique pour en boire le sang. Les femelles varroa profitent de la reprise de la ponte par la Reine abeille, pour pondre à leur tour directement dans les cellules occupées par des larves d'abeilles. Il est donc particulièrement difficile de s’attaquer à ce parasite destructeur.



Le Saviez – vous ?
La reine ne quittera la ruche qu’une seule fois. Vierge, elle s’envolera pour ce que l’on nomme communément le « Vol Nuptial », durant lequel elle sera fécondée par plusieurs mâles qui mourront après fécondation. Cette dernière, une fois sa spermathèque bien remplie, s’en retournera à la ruche pour ne plus jamais la quitter (sauf contrainte ou chassée par une nouvelle Reine).



Un peu de poésie … La citation du mois !

« Abeilles sans Reine, ruche perdue » Proverbe russe




Imprimer la page

Retour