Radisson blu hôtel & thalasso cannes

Logo Radisson blu hôtel & thalasso cannes
Luxe, Cannes et volupté - Hôtel, Thalasso & Spa Situé face au vieux Port de Cannes, à 5 minutes à pied de la Croisette et des boutiques de luxe. Le Radisson Blu Hotel & Thalasso dispose de 133 chambres dont 16 Suites, la plupart ayant la vue sur la Mer Méditerranée et les îles de Lérins. Le restaurant panoramique & Lounge Bar ‘’Le 360°’’ doit son nom à la magnifique vue qui s'étend jusqu’au bout de la Croisette et vers les Îles de Lérins. Côté Restauration, notre Chef et Maitre Restaurateur, Reynald Thivet, propose une cuisine qui est un mélange subtil de saveurs entre ‘’passion’’ et ‘’sagesse’’ mettant à profit les vertus des aliments au service du bien-être. Directement relié à notre hôtel, notre Thalasso & Spa ‘’Les Thermes Marins de Cannes’’ offre un espace bien-être de 2700 m². Vous pourrez vous relaxer grâce à la piscine intérieure et extérieure d’eau de mer chauffée, hammam, sauna, jacuzzi et un restaurant ‘’Le Bio’’.


Voir leur site internet


La ruche en images

  • La ruche Radisson blu hôtel & thalasso cannes
  • La ruche Radisson blu hôtel & thalasso cannes

L'apiculteur : Philippe CHAVIGNON

UTPLA apiculteur Philippe CHAVIGNON

Philippe s'est initié à l'apiculture il y a une vingtaine d'années en Colombie.
Installé depuis 1995 à Guillaumes dans les Alpes Maritimes où il a développé progressivement une activité apicole et de lavandiculture.
Le miel qu'il propose a le label "AB".
Le cheptel de ces dernières années est de l'ordre de 100 ruches malgré de fortes pertes hivernales. Jusqu'à maintenant, les ruchers d'hivernage se situaient dans le site des Gorges de Daluis.
Philippe pratique de la transhumance le plus localement possible dans un rayon de 20 km à vol d'oiseaux, sauf pour la lavande sur le plateau de Valensole (04).

Bilan d'année 2015

Chers parrains,

L’année  2015 a été marquée par des périodes de sècheresses prolongées. Mais  grâce à des transhumances judicieuses, nous avons réussi à tirer le meilleur partie des petites pluies localisées mais  providentielles. Cette année a ainsi été, pour moi,  la meilleure année apicole connue depuis longtemps, et ce en terme de production et de ventes, après trois années particulièrement éprouvantes, à lutter pour la survie de nos colonies et donc de mon activité !

En octobre et novembre, presque toutes les ruches ont été mises en hivernage dans le massif de l’Esterel à 1 km de la mer, près de la station de Ski de Valberg (1700 mètres). Un véritable choc thermique!

Mais la douceur automnale a stimulé les ruches qui ont butiné sur l’arbousier et le romarin. Le début de floraison du mimosa a débuté vers le 20 décembre, soit avec près d’un mois et demi d’avance, du jamais vu !

Ceci a permis la stimulation de la ponte et début janvier les ruches étaient assez fortes et les pertes peu importantes. A toute bonne nouvelle, sa contrepartie. En effet la ponte qui finalement ne s’est pas arrêtée a permis le développement du varroa, ce parasite qui vient attaquer nos abeilles. Je dois donc demeurer vigilant.

Le bilan des pertes hivernales se fait en mars, voire en avril, lors des visites de printemps qui signent la véritable reprise d’activité des ruches. Toutes les ruches parrainées seront repeuplées fin mars s’il y a eu de la mortalité cet hiver et nous enverrons des photos du rucher de l’Estérel.

Je vous dis à très bientôt,

Amitiés, Philippe

Voir toutes ses actualités


Le rucher des Gorges de Daluis

Le rucher des Gorges de Daluis
L'exploitation bénéficie d'un label Bio et dispose d'une miellerie Bioclimatique construite en mélèze local, paille et terre, et à énergie "solaire thermique" située à 1300m d'altitude.

Philippe travaille majoritairement avec des abeilles locales dites "noires" très ancienne race d'abeilles et un peu d'abeilles italiennes de race ligustica de par sa proximité géographique.

Philippe passe l'hiver en Amérique Centrale où il essaie de développer une activité apicole avec les locaux.

Il s'intéresse particulièrement à l'apithérapie.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Même s’il fait encore froid en ce début de mois de février, nous sommes bien loin des températures glaciales de ces dernières semaines. Partout en France les prévisions météorologiques annoncent le redoux. Quoiqu’il en soit, et même si par endroit il fait encore froid, l’essaim va reprendre son activité. Il est l’heure du réveil de la colonie ! La grappe qui avait permis de conserver des températures élevées au sein de la ruche, va tout doucement se disloquer. La reine va reprendre la ponte. D’une petite rondelle sur un cadre, elle va remplir plusieurs cadres de couvain, en fonction des provisions en pollen.

La population au sein de la ruche va grossir rapidement. Cette période durant laquelle les abeilles passent d'une situation de repos hivernal, à une reprise d'activité pour la reine et la colonie, est particulièrement importante. Elle est également facteur de stress pour l'apiculteur car déterminante pour les mois à venir.
La population se développe rapidement et les réserves s’épuisent aussi vite, sans que les abeilles ne puissent encore sortir pour butiner et ramener de nouvelles provisions.

Zoom sur …
Le Cycle de la vie de l’abeille

A partir de l’œuf pondu dans son alvéole, la future abeille va passer par quatre stades différents, jusqu’à l’abeille adulte…

Au départ il y a l’œuf de la Reine. En fonction de son statut « fécondé » ou non, et de l’alimentation, l’œuf deviendra une nouvelle reine ou une ouvrière (oeuf fécondé), ou un faux-bourdon (oeuf non fécondé). L’œuf est déposé verticalement au fond de l’alvéole. Au bout de trois jours à peine, l’œuf devient larve. Semblable à un ver blanc, il va muer et grossir pendant 4 jours au sein de l’alvéole où il est nourri par les abeilles. Au neuvième jour, le nourrissage est arrêté et l’alvéole operculée avec de la cire, pour laisser la larve évoluer doucement en Nymphe (pupe). On voit notamment à ce stade se dessiner les antennes, les yeux, la bouche, les pattes ou encore les ailes. C’est une abeille adulte ou imago qui sortira de l’alvéole au vingtième jour. Elle deviendra par la suite une ouvrière.

De son côté, l'apiculteur …
Dernière ligne droite pour l'apiculteur avant le retour des beaux jours. Février est une période de tous les dangers. Les contrôles demeurent visuels principalement car le froid demeure. La pesée des ruches reste également importante pour estimer les réserves encore disponibles au sein de la ruche.

Le Saviez – vous ? Comment reconnait-on la Reine ?
Sa taille tout d’abord… La Reine mesure en moyenne 20mm lorsque l’ouvrière en fait 15. Sa couleur avec reflets chauds ou bronzés est également un signe distinctif. Son abdomen est plus long et n’est pas entièrement recouvert par ses ailes, comme pour les ouvrières. Les yeux de la Reine ont moins de facettes que l’ouvrière. Son dard est plus lisse et elle pourra le retirer et piquer de nouveau. L’ouvrière en revanche meurt une fois son dard retiré. Elle n’a pas de glandes cirières et sa démarche est beaucoup plus lente.

Un peu de poésie … La citation du mois !
"Abeilles sans reine, ruche perdue." Proverbes Russes




Imprimer la page

Retour