BEE ZEN DRINKS

Logo BEE ZEN DRINKS

Bee Zen est une boisson innovante créée par une jeune entreprise française. Il s'agit d'une boisson rafraîchissante et RELAXANTE ! conçue pour libérer et détendre l'esprit afin de profiter de la vie. Bee Zen est une boisson alternative aux boissons énergisantes et aux marques de sodas traditionnelles. Bee Zen est une marque française qui se veut de qualité, plus naturelle et plus originale.


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

Qui de mieux placé qu'une entreprise qui a pour logo une abeille pour encourager la sauvegarde des abeilles ? Avec Bee Zen nous avons mis en place une idée originale et louable, parfaitement dans l'air du temps, qui consiste à soutenir la sauvegarde des abeilles, hélas malmenées depuis quelques temps. Nous reverserons une partie des recettes de la vente de nos canettes afin de soutenir la sauvegarde des abeilles. Cette action consiste à parrainer directement une abeille par canette vendue. Soit une Bee Zen achetée = une abeille parrainée.


La ruche en images

  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS

France 3 Alsace avec Thierry

Thierry était invité sur le plateau d'Alsace Matin pour parler de son exploitation et du projet Un toit pour les abeilles diffusé le 12 Septembre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Thierry COLIN

UTPLA apiculteur Thierry COLIN

Apiculteur amateur depuis 2010 suite à la rencontre avec un "ancien" apiculteur ayant 60 années d’expérience, je continue à développer mon cheptel en prenant soins des abeilles et de leurs (notre) environnement.

Ma passion pour l'apiculture est intacte et plus j'avance dans cette démarche plus je sais que c'est "la voie" pour quoi je suis fait. Avant toute chose, il faut aimer la nature et vivre aux rythmes des saisons en observant l'évolution des miellées et s'adapter rapidement aux changements de saisons ..... L'apiculture est un mouvement perpétuel et il n'y a pas de moments creux , c'est intense et relaxant à la fois...de vivre de cette façon.

J'avance dans ma démarche apicole de façon raisonnable et d'ici quelques années pourquoi pas arriver à 200 ruches en production, mais c'est un gros challenge et une remise en question de beaucoup de choses...

Depuis le début de mon installation mes enfants passent également du temps aux ruchers,viennent aux transhumances, et goûtent les miels...  A mes yeux c'est important de leur transmettre ce savoir pour qu'ils respectent la biodiversité .... et la nature de façon générale .

Effervescence au rucher

La saison est lancée et c'est avec un grand plaisir que j'ai effectué la "visite de printemps " des colonies (20 % de colonies mortes).
Chez les abeilles c'est comme partout ailleurs, nous de sommes pas égaux: certaines ruches ont déjà 6 cadres de couvain, alors que d'autres 2.
Mais dans l'ensemble les colonies sont belles et en plein travail pour agrandir la population.
Elles récoltent le pollen et du nectar en abondance ces derniers jours avec la floraison des arbres fruitiers et des pissenlits .....Les quinze prochains jours s'annoncent avec des conditions optimales, températures supérieures à 15°C et un peu de pluie.
Encore une fois: Si tout se passe bien, les ruches devraient être prêtes pour la première miellée de printemps.

De plus je suis en cours de mise en place d'un nouveau rucher de 25 ruches à Oberbronn sur le piémont Vosgiens, ce sera durant la dernière quinzaine d'avril que je poserai les ruches sur place . J'ai hâte de voir ce nouveau rucher "naître"  , c'est l'effervescence pour tout le monde avec le printemps qui arrive, c'est juste magique ce redémarrage de la nature après une période de "repos".

Merci à  toutes et tous pour votre soutien .

Thierry

Voir toutes ses actualités


Le rucher de Winterhouse

Le rucher de Winterhouse

Le premier rucher se trouve 500 m de la résidence de Thierry et le second à 6 km.
Ils sont tout deux adossés à une forêt d'Acacias qui est sa plus grosse production.

Le miel issu de cette miellée est liquide et de couleur jaune clair et d'une grande finesse gustative.
Sa seconde production est un miel polyfloral constitué de fleurs de prairie, tilleuls, cerisiers, pommiers, issus de la pollinisation qu'il effectue sur les cerisiers et pommiers proches d'un de ses ruchers.
Ainsi, vous pourrez recevoir un miel toutes fleurs ou d'acacia selon les récoltes.

Thierry utilise des ruches ZANDER qu'il se procure en Allemagne, celles-ci sont très pratiques car elles ont des hausses à miel de même dimensions que l'on appelle aussi hausse multiples ou divisibles ce qui facilite le travail même si le poids est plus important.

Thierry propose aussi le parrainage dans son rucher-maison (cf photo) ainsi, selon les places disponibles, vos abeilles pourront y être installées.
Thierry travaille avec des Apis Mellifera Carnica Sklenar. Il s’agit d’abeilles douces et avec peu d’envie d’essaimage (envol d'une partie de la colonie avec la reine) et un hivernage avec des colonies populeuses.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Nous sommes en avril. Le mois du réveil de la Nature et de sa Biodiversité…
Le soleil est de retour, et avec lui la chaleur des premiers beaux jours de printemps.



Bien que les températures soient encore douces dans certaines régions, elles sont suffisamment élevées pour déclencher les premières floraisons.
Et qui dit fleurs, dit abeilles, de plus en plus nombreuses à quitter la ruche, dès que les températures avoisinent les 12/13°C, à la recherche des tous premiers nectars et pollens de printemps.
Comme cette image d’abeille butinant une fleur de cerisier.



Elles peuvent ainsi parcourir de longues distances sur un rayon de 3 km environ, parfois un peu plus lorsqu’il n’y a pas suffisamment à butiner aux abords du rucher.
Ainsi vont leurs « vas et viens » incessants, de la ruche vers les champs et des champs vers la ruche !

Pendant ce temps, la Reine abeille reprend activement la ponte. Elle peut ainsi pondre entre 1500 et 2000 œufs par jour, donnant naissance aux nouvelles générations d’abeilles, qui prendront le relai de celles d’hiver.



Zoom sur …L’Essaimage

Durant le mois d'avril, tout s’accélère… La population de la ruche s’accroit rapidement, pour atteindre entre 40 000 et 50 000 locataires. L’organisation au sein de la colonie s’en ressent. De nouvelles générations d’abeilles et de petites « princesses » voient le jour. Elles vont petit à petit pousser l’ancienne Reine à quitter la ruche avec une partie de ses sujets. C’est ce que l’on nomme l’essaimage.
Ils partent se regrouper ainsi sur la branche d’un arbre, ou encore dans le cadre d’une porte de garage par exemple ou dans le coin d’une fenêtre, ou encore dans les cheminées.
On les voit également parfois se loger dans des lieux beaucoup plus insolites encore…

Sachez que les abeilles en essaimages sont gorgées de réserves et le plus souvent inoffensives bien que la grappe formée puisse paraître particulièrement impressionnante.
Nous vous partageons un article de notre blog très intéressant sur le sujet : www.untoitpourlesabeilles.fr/blog/essaimage-naturel/

De son côté, l'apiculteur …
L'apiculteur, comme les abeilles, s'active en avril et entre en pleine « saison apicole ».  Dans certaines régions déjà, une première récolte pourra avoir lieu durant ce mois. L'apiculteur devra alors réaliser toute une série d'opérations sur sa ruche, dont notamment la pose et le retrait de hausses (partie supérieure de la ruche dans lequel le miel est récolté).


L'apiculteur peut également être amené à diviser une ruche en deux, dans le cas d'un développement trop important, et pour éviter l'essaimage (On dit alors de la ruche qu’elle « fait la barbe »). Il peut aussi récupérer des cadres de couvain et de réserves pour les nouveaux essaims…
Bref il n'arrête pas !

Le Saviez – vous ?
C'est durant le mois d'avril que s'effectuent les vols nuptiaux. La jeune reine s'est accouplée avec une douzaine de mâles et a gardé dans sa « spermathèque » le sperme de chacun d'eux. Elle puisera tout au long de sa vie (pendant 5 à 6 ans si sa longévité le permet) dans cette réserve chaque fois qu'elle voudra féconder un de ses ovules.

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Le premier baiser, c’est l’union de deux fleurs parfumées afin que leurs senteurs mêlées appellent l’abeille à butiner »
Khalil Gibran




Imprimer la page

Retour