PICARD

Logo PICARD

Depuis sa création, Picard est resté attaché à des principes fondateurs comme la qualité de ses produits, leur impact sur la santé, le respect de la chaine du froid, la relation fournisseurs, le service client… Ce sont autant de valeurs prémices d’un concept que nous connaissons maintenant sous le nom de Développement Durable. Néanmoins, à l’écoute des mutations de la société et du monde qui l’entourent, Picard a pris conscience que certains enjeux devaient être pris en compte par toute entreprise responsable. C’est pourquoi depuis fin 2008, Picard s’est attaché à mobiliser l’ensemble de ses collaborateurs pour élaborer un plan d’action visant à réduire les impacts environnementaux, sociaux et économiques de son activité.


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

Préservation de la biodiversité et production alimentaire sont deux enjeux essentiels de notre époque. Aussi nous pensons que le parrainage de rûches est un bon moyen d'y répondre !

En effet, le rôle de l'abeille est primordial pour l'équilibre de notre éco-système et pour la préservation de notre alimentation. Plus de 75% des cultures mondiales dépendent de la pollinisation réalisée par les abeilles et autres insectes pollinisateurs, soit 35% de la production mondiale de nourriture !

Picard parraine aujourd'hui 14 ruches soit 560 000 abeilles !


Les ruches en images

  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD
  • La ruche PICARD

L'apiculteur : Claude POIROT

UTPLA apiculteur Claude POIROT

Claude est apiculteur en Vendée et Charente-Maritime depuis plus de 40 ans et s'occupe aujourd'hui d'environ 600 ruches.

Il a en outre développé une activité d'élevage de reines et de création d'essaims (nouvelles colonies).

Figure de l'apiculture et très impliqué dans la protection des abeilles, il est notamment président de l'Abeille Vendéenne et engagé dans la lutte contre l'utilisation abusive de pesticides.
Claude est aussi engagé dans une démarche pédagogique avec la Folie de Finfarine, ferme apicole.
Il est notre apiculteur référent sur le projet "Un toit pour les abeilles".

Bilan Apicole 2016

Pascale et Claude vous souhaitent une bonne et heureuse année 2017 !

En cette période hivernale nous commençons à préparer notre prochaine saison : réparation des ruches, cirer les cadres, nettoyage des hausses et de trappes à pollen…
C’est aussi le temps de faire des choix, faire du miel, avec de nouveaux ruchers… faire du pollen… Elever des reines… Réflexions …

Dès que nous aurons un créneau météo favorable nous irons vérifier l’état des provisions des abeilles. La colonie d’abeilles consomme 1 à 2 kilos de miel par mois pendant l’hiver. Il ne faut pas qu’elles manquent de nourriture, avant l’arrivée des beaux jours.

C’est aussi la période des réunions, bientôt nous allons avoir l'AG de notre syndicat (en Vendée) :moment important de rencontre entre apiculteurs.

L’hiver 2015/2016 a été particulièrement doux suivi d’un printemps très pluvieux puis un été très sec et chaud, ajoutons à cela une pression de plus en plus forte des pesticides, avec des frelons asiatiques en recrudescence à l’automne et nous nous retrouvons dans une situation désastreuse. La récolte de miel la plus faible au niveau national jamais réalisée.
De fait, nous vous remercions d’autant plus pour vos parrainages, et votre soutien dans ces moments difficiles.

Certes on ne peut pas agir sur le climat, espérons juste que l’année 2017 soit plus clémente pour nos abeilles.

Bien cordialement à vous,

Pascale et Claude

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Triaize

Le rucher de Triaize

Les ruches sont installées en plein coeur du parc inter-régional du Marais Poitevin sur un site Natura 2000 présentant une grand richesse écologique.
Le territoire est constitué de marais et bocages avec une alternances de paysages boisés et de prairies.

Le miel Vendéen est un miel toutes fleurs issu des plaines et prairies . On y retrouve différentes variétés de fleurs des zones de bocage : l'acacia, l'aubépine, le trèfle blanc, la ronce ou encore la luzerne ou le pissenlit. C'est un miel cristallin (solide) de consistance assez crémeuse, qui peut varier de la couleur dorée au jaune clair en fonction des floraisons. Parfumé et fleuri, il en fait un miel idéal pour les tartines ou sucrer des boissons chaudes.

L'apiculteur : Sébastien GIRAUDET

UTPLA apiculteur Sébastien GIRAUDET

Sébastien est apiculteur en Charente Maritime et 4ème de sa génération sur la commune de Charron.

Après avoir constaté des pertes annuelles de ruches de l'ordre de 50% par an à cause de l'utilisation massive de pesticides, Sébastien décide de se tourner vers des pratiques biologiques.

En respectant le cahier des charges d'une apiculture bio, ce dernier obtient le label agriculture biologique sur ces ruches cependant, la proximité de cultures conventionnelles ne lui permet pas la certification AB de son miel.

Sébastien exerce aussi une activité de maraichage bio avec une production de légumes de saisons et de fruits (poires, framboises...)

Voeux 2017

Bonjour à tous mes parrains,

En ce tout début d’année, je tiens à vous présenter mes meilleurs vœux ! Je vous souhaite à tous le meilleur pour 2017 et profite de ce petit message pour vous remercier chaleureusement pour tout le soutien que vous m’apportez dans mon activité. Merci…

Pour ce qui est des nouvelles de vos abeilles, rien de particulier à signaler. Les abeilles sont en plein hivernage. C’est une période cruciale en apiculture car d’ici quelques semaines les reines reprendront les pontes pour fonder les colonies de printemps et elles auront besoin de forces… J’espère que tout se passera bien ! Mais pour l’instant je ne peux qu’attendre et rester vigilant à ce que les colonies ne manquent de rien.

Je vous souhaite de nouveau une belle année 2017 !

Amicalement,

Sébastien

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Charron

Le rucher de Charron
La ruche se trouvera à proximité de la commune de Charron en Charente Maritime en plein cœur du Parc inter-régional du Marais Poitevin en Val de Sèvre et en Vendée.

Les abeilles de Sébastien sont des Apis Melifera Melifera ou abeilles noires.

Ce lieu bénéficie d'un des meilleurs ensoleillements de la façade atlantique.
Ses ruches sont disposées sur plus de 4 ha de terrain.

Le miel, issu de bocages, bois et haies est un miel toutes fleurs. Il est composé de fleurs des marais, tournesol, colza, prunelier avec des notes de châtaigner et acacia. Il s'agit d'un miel de consistance cristalline (solide) à crémeuse avec un grain très fin. Son gout parfumé et acidulé plaira à tous; il est parfait pour être dégusté sur des tartines ou pour accompagner vos recettes.

L'apiculteur : Sarah HOLTZMANN

UTPLA apiculteur Sarah HOLTZMANN

Sarah, apicultrice depuis 2007 est installée à Moussey, dans les Vosges.

Sarah s'est reconvertie professionnellement de 2004 à 2007, et quoiqu'au démarrage son exploitation comptait 26 ruches, elle en gère maintenant 300.
Sarah est aussi très attentive aux questions environnementales et utilise des peintures 100 % naturelles.

En plus de la production de miel, de reines et d'essaims, Sarah se lance dans la récolte de gelée royale à destination des particuliers, ainsi que celle de la récolte de propolis pour les laboratoires pharmaceutiques.

Bilan 2016, une année éprouvante...

Une saison très éprouvante pour moi mais surtout pour les abeilles.

Au début de la saison, à la mi mars j'avais très peu de mortalité (environ 5%) et les colonies promettaient un bon développement à venir. L'hiver avait été court et doux. Les essaims s'étaient développés sans ensombre.
Début avril les conditions météo étant favorables j'ai fait mes 50 essaims. Et là, "patatraque" à la mi avril j'ai eu le droit à de la neige et des gelées pendant une semaine.

Bon on connait les risques du métier, et j'ai surveillé les réserves et la santé des colonies durant cette période. Sauf que, alors que j'attendais un redoux au printemps, la météo s'est mise à jouer avec mes nerfs.
Les essaims commençaient tout juste à se renforcer, mais le manque de pollen a eu comme effet un arrêt brutal du développement sur le couvain et donc sur les ruches...
Et comme il faut 21 jours pour passer du stade de larve à celui d'abeille et encore 21 jours pour arriver au rang de butineuse, les effets on été flagrants à la mi Mai, où j'ai retrouvé des ruches faibles.
La météo ne s'est pas atténuée tout de suite et il a fallu redoubler de vigilance.

L'apiculture c'est comme une pyramide en jeu de carte, si la base n'est pas solide le sommet est fragile...
Jusqu'au mois de juin, j'ai poursuivi mon travail avec pose de hausse sur les ruches pensant que la situation allait se rétablir doucement... mais force a été de constater que ça n'a pas été le cas.
J'ai posé des hausses vides j'ai récupéré des hausses vides. Donc à la mi juillet, j'ai décidé de commencer à préparer l'hiver de mes abeilles et j'ai retiré les hausses sur toutes les ruches où les abeilles n'avaient rien ramené. C'est à dire sur la moitié de mes ruches !
La situation c'est un peu améliorée à la mi-août avec un début de miellée intense qui m'a donné beaucoup de travail. J'ai du me dépêcher de retirer les cadres de miel car les reines n'avaient plus de place pour pondre. J'ai extrait les cadres le matin et les ai remis l'après midi tout en continuant à surveiller la ponte des reines. En août en effet, c'est le début de la ponte des abeilles d'hiver. C'est grâce à elles que la colonie survie en hiver (durer de vie de l'abeille 6 mois en hiver ).
Après beaucoup de crainte, l'automne a finalement été magnifique pour nos abeilles car septembre à été au top ! Nos abeilles ont ramené pollen et nectar en profusion... Il a fallu là ausi être très vigilant car si la place vient à manquer la reine ne peut plus pondre et donc pas de colonie d'hiver...

Je suis là pour les épauler et essayer de répondre au mieux à leurs besoins. J'ai récolté du miel de fleurs et miel de montagne en juillet et du miel de forêt fin août. Toutefois mes récoltes atteingent à peine 30% de ce que je récolte dans une année normale (à peine un tiers)...
Je n'ai qu'un souhait pour la nouvelle année... Que l'affaiblissement dû au manque de pollen au printemps n'ait pas de conséquence néfastes sur la sortie d'hiver. Je ne le saurais qu'à compter du 20 mars 2017.... En attendant je croise les doigts et je poursuis mon  travail à l'atelier avec fonte de la cire début janvier, filage des cadres, remise en état du matériel et peinture des ruches ou des hausses. Les journées sont bien remplies!

Pour l'heure je suis sur le remplissage du dossier Calamité Apicole 2016 cause météo défavorable .
Je tiens à remercier tous mes parrains et marraines (c'est la même pyramide de carte, une carte en moins et c'est tous l'édifice qui tombe) sans qui la belle aventure que je vis depuis 6 ans n'aurais pas vu le jour. Et ce n'est pas un vain mot de dire que sans vous je n'existerais pas, car le combat devient de plus en plus dur, et grâce à vous je me sens moins seule. Alors MERCI !
Merci aussi à Flavie, Zakia, Karima et bien sûr Régis une équipe formidable...

Je vous souhaite à tous de bonnes fêtes de fin d'année

à bientôt bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz
Sarah

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Vallée du Rabodeau

Le rucher de la Vallée du Rabodeau

Le rucher est situé dans le Parc Régional de la Forêt des Vosges, en plein cœur de la vallée du Rabodeau.

Il est niché à flanc de montagne, à 500 m. d'altitude, bordé d'une forêt de 12 ha composée de pins, épicéas, hêtres et bouleaux et arrosé par une rivière.

Ce cadre permet aux abeilles de butiner des essences de montagne : sapin, fleurs d'altitudes...
Le miel ainsi récolté est un miel de montagne issu de miellats (miel de sapins, bouleaux...) qui est une grande source d'apport en acides aminés.
Liquide à sirupeux (avant cristallisation) et foncé, il est très aromatique et de saveur douce et maltée. En fonction de l'emplacement des ruches et des floraisons alentours, la proportion en fleurs d'altitude peut y être plus importante ainsi, Sarah vous proposera alors un miel de même consistance, de couleur plus clair et fleuri avec des notes de sous-bois.

L'apiculteur : Alain LEVIONNOIS

UTPLA apiculteur Alain LEVIONNOIS

Alain est apiculteur dans la Brie verte depuis 25 ans et s’occupe d’environ 100 ruches.
Passionné par son métier il fait partie de l’équipe du « rucher du Luxembourg » (Société Centrale d’Apiculture) où il donne des cours d’apiculture.
Alain est engagé dans une démarche Bio.
Le miel du rucher des Cours Doux détient le label "AB". Alain est aussi engagé à nos côtés dans un projet d’économie sociale au Maroc ou il assure la formation d’une trentaine de femmes.

Journée abeilles Féricy

Alain et Marie-Noëlle vous donnent rendez-vous pour la journée annuelle Un toit pour les abeilles le Dimanche 25 Septembre 2016 à partir de 10h30 sur le domaine de Féricy commune où ces derniers sont installés.

Le domaine où les visiteurs seront accueillis s'étend sur 9 hectares arborés et un plan d'eau, vous pourrez si vous le souhaitez pique-niquer sur place.

La matinée sera consacrée à l'explication du métier d'apiculteur, échanges sur l'activité, les abeilles et les menaces qui pèsent sur elles,
Une ruche pédagogique ainsi qu’une exposition seront visibles.

RDV à côté de l'église situé au 1 Rue de Lorette 77133 FERICY (1 heure de Paris).

Un pot (avec ou sans alcool) sera offert aux participants.
Le déjeuner sera pris en commun et sorti du sac pour les participants qui le souhaitent.
Chacun apportera son repas et le nécessaire comme les couverts, verres...
Des tables et bancs seront mis à disposition et si vous souhaitez pique-niquer sur l'herbe, nous vous invitons à apporter votre couverture/plaid.

L'après-midi sera dédiée à l'observation des abeilles avec l'ouverture de ruches en tenues de protection (si la météo est favorable),
un stand avec ventes de produits de la ruche (miels, pains d’épices, cosmétiques bio) sera proposé.

Il reste encore quelques places disponibles pour vous inscrire alors rdv vite sur cette page :

Inscriptions portes ouvertes Alain

Bien entendu, si les conditions météos sont défavorables, nous serons contraints d'annuler l'évènement ayant lieu en extérieur.

Cette journée est gratuite, petits et grands sont attendus :-)

Cycle de l'abeille Miel du Cours Doux Ruche vitrée

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Cours Doux

Le rucher de Cours Doux
Le rucher de Cours Doux est situé en plein cœur de la région de la Brie Verte à Féricy (Seine-et-Marne) dans la vallée Javot en lisière de la forêt domaniale de Barbeau.
De nombreuses variétés de plantes visitées par les abeilles sont présentes sur ce territoire.

Selon l'emplacement des ruches et la floraison variante sur chaque année, Alain vous proposera deux types de miel :
Un miel d'acacia, d'aspect liquide et brillant, au parfum délicat avec des notes florales.
Un miel de forêt, liquide également plutôt sombre et de saveurs boisées à mentholées selon la teneur en tilleul et châtaignier.

L'apiculteur : Grégoire HEINRICH

UTPLA apiculteur Grégoire HEINRICH

Grégoire est un jeune apiculteur qui habite à Toulouse.
Il a le projet de s'installer en tant qu'apiculteur professionnel dans les prochaines années et souhaite développer progressivement le nombre de ses ruches pour arriver à 200 au moment de l'installation.
Il espère ensuite vendre son miel sur les marchés à Toulouse et dans le Tarn, mais aussi du pollen, de l'hydromel, et d'autres produits de la ruche.

Parallèlement au développement de son activité apicole, il est saisonnier chez des apiculteurs professionnels.
Cela lui permet de vivre sa passion pour l'apiculture mais aussi de continuer à apprendre et à se former.

Bilan saison 2016

Mon cheptel est entièrement parrainé soit 74 ruches !
Au printemps j’ai fait des essaims avec les 60 ruches de sortie d’hiver.
Cela consiste en la division des colonies pour constituer de nouveaux essaims que je vends ou que je garde en prévision de repeupler mes ruches.
J’ai pu faire environ 60/70 nouvelles colonies.
Mes colonies sont belles en cette fin de saison et assez fortes pour passer l’hiver !


Globalement au printemps, quelques difficultés et ce, jusque juin dû à un temps mitigé.
Les floraisons ont été retardées soit un nourrissement faible qui a ralenti le développement des colonies donc moins prêtes a être productive à la saison forte.
Les hausses à miel ont pu être mises mi-juillet (contre fin juin / début Juillet habituellement) permettant le stockage du miel récolté par les abeilles.
J’ai retiré les hausses fin Aout contenant du toutes fleurs, miellat, tournesol, sarrasin (de plus en plus dans le Tarn).
J’ai une récolte convenable par rapport aux espérances, on espère toujours plus même si ce n’est pas si mal par rapport à l’an passé.

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Lavaur

Le rucher de Lavaur
Le 1er rucher est situé à côté de Lavaur dans le Tarn, à 35 min de Toulouse.


Grégoire a choisi de travailler avec des abeilles locales dites "noires" et de race Caucasienne.

Les récoltes espérées sont du miel de printemps, du miel toutes fleurs et du miel de tournesol.

L'apiculteur : Thierry COLIN

UTPLA apiculteur Thierry COLIN

Apiculteur amateur depuis 2010 suite à la rencontre avec un "ancien" apiculteur ayant 60 années d’expérience, je continue à développer mon cheptel en prenant soins des abeilles et de leurs (notre) environnement.

Ma passion pour l'apiculture est intacte et plus j'avance dans cette démarche plus je sais que c'est "la voie" pour quoi je suis fait. Avant toute chose, il faut aimer la nature et vivre aux rythmes des saisons en observant l'évolution des miellées et s'adapter rapidement aux changements de saisons ..... L'apiculture est un mouvement perpétuel et il n'y a pas de moments creux , c'est intense et relaxant à la fois...de vivre de cette façon.

J'avance dans ma démarche apicole de façon raisonnable et d'ici quelques années pourquoi pas arriver à 200 ruches en production, mais c'est un gros challenge et une remise en question de beaucoup de choses...

Depuis le début de mon installation mes enfants passent également du temps aux ruchers,viennent aux transhumances, et goûtent les miels...  A mes yeux c'est important de leur transmettre ce savoir pour qu'ils respectent la biodiversité .... et la nature de façon générale .

L'année 2017 est là !

Mes chères marraines, mes chers parrains,
L'année 2017 est là, et je vous présente mes vœux de santé et bonheur pour vous et votre famille.
En ce qui concerne les abeilles, tout se passe bien les réserves sont conséquentes et aucune ruche n'est morte.
J'ai eu l'occasion de voir les abeilles voler quand les températures étaient clémentes avec apport de pollen de noisetiers pour nourrir les jeunes larves, car les reines commencent à pondre.
Mais laissons passer les deux mois suivants pour tirer un réel bilan, une fois la visite de printemps faite.

En ce qui me concerne, c'est la remise en état du matériel, surtout de la peinture à l'huile de lin et d'ici 3 semaines la réception de 25 ruches toutes neuves que je devrais aussi protéger avec 3 couches d'huile.
Ceci me conduira à mi-février et la nature commencera à se réveiller avec des jours qui rallongent ... et un nouveau cycle commencera pour la nature....

A très bientôt
Thierry

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Winterhouse

Le rucher de Winterhouse

Le premier rucher se trouve 500 m de la résidence de Thierry et le second à 6 km.
Ils sont tout deux adossés à une forêt d'Acacias qui est sa plus grosse production.

Le miel issu de cette miellée est liquide et de couleur jaune clair et d'une grande finesse gustative.
Sa seconde production est un miel polyfloral constitué de fleurs de prairie, tilleuls, cerisiers, pommiers, issus de la pollinisation qu'il effectue sur les cerisiers et pommiers proches d'un de ses ruchers.
Ainsi, vous pourrez recevoir un miel toutes fleurs ou d'acacia selon les récoltes.

Thierry utilise des ruches ZANDER qu'il se procure en Allemagne, celles-ci sont très pratiques car elles ont des hausses à miel de même dimensions que l'on appelle aussi hausse multiples ou divisibles ce qui facilite le travail même si le poids est plus important.

Thierry propose aussi le parrainage dans son rucher-maison (cf photo) ainsi, selon les places disponibles, vos abeilles pourront y être installées.
Thierry travaille avec des Apis Mellifera Carnica Sklenar. Il s’agit d’abeilles douces de Slovénie et avec peu d’envie d’essaimage (envol d'une partie de la colonie avec la reine) et un hivernage avec des colonies populeuses.

L'apiculteur : Justine HENNION

UTPLA apiculteur Justine HENNION

Justine tient sa passion pour l'apiculture de son père Yvan, passionné par les abeilles qui lui a transmis son savoir.

Justine travaille sur l’exploitation familiale depuis 2012 située au pied du Mont d'Halluin (Nord).

La ferme au carré typique de la région Lilloise a été reprise  en 1998 par son père (fils d’agriculteur dans les Flandres).
Auparavant ses grands-parents élevaient de nombreux animaux tels que les vaches, les cochons, les poules, les lapins…Cela a provoqué bien des changements ; les broutards ont été changés par des butineuses.

Justine s'est spécialisée dans l'élevage des reines et essaims d’abeilles.

Elle est épaulée par ses 2 frères pour la récolte de miel et le pic d'activité durant la saison estivale.

Des nouvelles fraiches de juin

Le bonjour à mes très chers parrains !

Je vous transmets, en ce début juin, quelques nouvelles de nos précieuses abeilles…
Les essaims crées l'année passée ont passé l'hiver en ruchette. Au printemps je les ai transférés en ruche ou les abeilles ont pu se développer doucement.
Le transfert se fait en lieu et place pour ne pas désorienter les abeilles, ensuite après un ou deux jours, les ruches ont été déplacées, en respectant toutefois une distance minimale de deux ou trois km.
Les abeilles s'activent en ce moment ce qui est une bonne chose.

Je reste vigilant toutefois et vous donnerez plus de nouvelles passées quelques semaines.
A très bientôt et merci pour votre soutien,

Luc

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Senlis

Le rucher de Senlis

Justine travaille avec des petites ruches d'élevage appelées "nucléis" et en possède 300.

Elles sont réparties sur plusieurs ruchers essentiellement dans le département du Nord.

Le rucher que Justine propose au parrainage est situé à Senlis (Oise) dans un sous-bois.

Les abeilles y produisent du miel de colza, toutes fleurs ou tilleul selon les floraisons.

L’exploitation familiale compte une miellerie, où est extrait et conditionné le miel.
On retrouve les produits de la ruche en vente au petit magasin de la ferme et auprès de différents revendeurs de la région et principalement des agriculteurs proposant la vente en directe.

L'apiculteur : Thierry SALAVIN

UTPLA apiculteur Thierry SALAVIN

Thierry est un apiculteur bio professionnel situé en Isère.
Il a été certifié agriculture biologique (AB) par Ecocert et Nature et Progrès (label biologique qui est basé non seulement sur des critères techniques mais également sur des aspects environnementaux, sociaux et économiques ou encore éthiques).

Il a découvert et démarré l'apiculture en 2010 en récupérant des essaims vagabonds.
Sans lien familial avec l'apiculture, il a acquis son expérience en se formant et en travaillant chez des apiculteurs en Australie.

Il a un cheptel actuel de plus de 150 ruches.
Thierry utilise des ruches Warré qui privilégient une apiculture douce et respectueuse des abeilles.

La majorité de ses ruchers sont situés sur les massifs alpins vierges de cultures aux alentours de Grenoble (Chartreuse, Vercors, Belledonne, Ecrins).
Thierry pratique la transhumance locale dans un petit rayon (40km) pendant la saison pour des miels de crus (châtaignier, acacia, haute montagne).

Point Septembre Portes ouvertes 2016

Cher(e)s parrains,
Comme je vous le disais précédemment, la saison a été assez chaotique.
Pas mal d’essaimage sur mes ruches de production (une partie de la colonie part de la ruche avec la reine).
En septembre, je peux dire que le niveau sanitaire est correct, les abeilles ont de belles provisions pour l’hiver, les colonies sont donc en bonne santé.


Avec actuellement 250 ruches de production – élevage, j’ai pu récolter autant de miel qu’avec 80 ruches l’an passé, cela vous permet donc d’évaluer le niveau de récolte de 2016 !
Sur mes deux récoltes l’une est plus à dominante fleurs sauvages, l’autre plutôt forêt-montagne (tilleul, ronces, châtaignier mais pas de sapin contrairement à 2015).


Par ailleurs, je vous propose de venir me rencontrer lors de portes ouvertes mercredi 21 et samedi 24 septembre à la miellerie dans le cadre de la campagne « manger bio et local c’est l’idéal ».
De 9 h à 17 h durant les 2 jours, visite miellerie, découverte du travail des abeilles, différence bio/pas bio, et exigences des certifications AB et Nature et Progrès, observation abeilles au travers d’une ruche vitrée, panneaux pédagogiques, dégustation, vente de miels.


Miellerie du Peuple Zélé
8 Bis Route de Grenoble
38120 Saint-Egreve
peuplezele@gmail.com

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Chartreuse

Le rucher de la Chartreuse
Les ruches sont situées dans le parc naturel régional de la Chartreuse, à 800m d'altitude qui offre une diversité de milieux naturels.

Le parc est ainsi constitué de forêts qui varient du chêne à des hêtraies-sapinières jusqu'aux épicéas à 1500 m d'altitude mais aussi d'étendue de pelouse et prairies.
Les eaux de source provenant des torrents et zones humides environnant le rucher sont d'excellente qualité.

Le miel récolté par la miellerie du Peuple Zélé est selon les floraisons de forêt à dominante de tilleul et pointe de châtaignier et de fleurs de chartreuse qui sont issues des sous-bois comme les ronces et framboisiers avec un arôme floral, frais, naturellement crémeux.

Thierry pratique un élevage et une sélection massale de ces abeilles afin de tirer le meilleur parti de chaque abeille (productivité, caractère...).
Il a ainsi commencé son cheptel avec des abeilles locales ou dites "noires" issus d'essaims cueillis dans la Vallée et qui ont permis la création d'autres colonies d'abeilles avec des croisements naturels contrôlés. Aujourd'hui il a des colonies avec un brassage d'origines qui sont adaptées localement.

L'apiculteur : Nicolas et Francesco DESFORGES - BISIGNANO

UTPLA apiculteur Nicolas et Francesco DESFORGES - BISIGNANO

Nicolas et Francesco sont deux amis apiculteurs du Nord de la Seine et Marne.
Ils ont décidé de travailler ensemble en exploitant chacun leurs ruches sur des ruchers partagés et en ayant investi dans du matériel commun pour la miellerie.
Tous les deux pratiquent une apiculture sédentaire et respectueuse de l’abeille. Ils sont sensibilisés aux problèmes de la biodiversité.
Leur cheptel est de 70 ruches environ.

Voeux 2017 et bilan apicole 2016

Chers parrains,

En préambule de ce message nous vous présentons nos meilleurs vœux pour 2017 ! Que celle nouvelle année vous apporte un part de bonheur…

Nous profitons de ce petit message pour vous livrer notre bilan de la saison 2016.

Comme en 2015, l’hiver a été relativement doux et nous avons eu peu de jours avec des températures négatives. Les visites de printemps se sont effectuées fin mars. Un bilan de mortalité satisfaisant avec moins de 10% de perte. Les colonies étaient en bonne santé, pas de retard dans leur développement et des réserves encore importantes.Les premières hausses ont été mises début avril pour la fleuraison du colza et des arbres fruitiers que nous avons sur la région. Les pluies de mai et juin ont perturbé nos travaux apicoles et ont eu des conséquences sur les récoltes. La récolte de miel de Printemps, mi-mai, s’est effectuée entre deux averses, pas simple à gérer.

La récolte d’acacia n’a pas eu lieu, faute aux incessantes pluies qui ont lavé les fleurs et réduit à néant cette récolte de miel habituellement importante.

Le miel d’été a été récolté fin juillet. Cette miellée a permis de sauver la saison même si la production 2016 aura été en retrait de 30% sur nos ruches avec des différences importantes d’un rucher à l’autre.

Ce miel d’été est composé essentiellement de tilleul. Une hygrométrie basse signe de qualité et de conservation, est à 14,5%.

Nous sommes à présent en pleine période d’hivernages de nos colonies. Le frelon asiatique détecté en Seine et Marne en 2015 a continué sa progression. Nous en avons rencontré quelques-uns et leur avons fait la fête ! Pour 2017, nous allons accentuer la pose de pièges, pour soulager si le besoin s’en faisait sentir, la pression du frelon sur les ruches.

En cette période de vœux, nous formulons le souhait d’une année apicole 2017 avec une météo clémente, des ruches en bonnes santé et des récoltes de miel abondantes pour nous faire oublier ces dernières années difficiles. A très bientôt,

Francesco et Nicolas

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Violette

Le rucher de la Violette
Le rucher de la Violette est installé dans une zone de bois et de culture.

Les abeilles trouvent à proximité une nourriture saine et variée : aubépine, prunellier, acacia, tilleul, châtaignier, luzerne...

La Marne située à proximité, apporte l’eau nécessaire à la colonie.

L'apiculteur : Jacques HAZECHNOUR

UTPLA apiculteur Jacques HAZECHNOUR

Jacques est apiculteur depuis plus de 30 ans au nord de l’Aveyron dans les montagnes du Carladez.
Il s’occupe d’une centaine de ruches et travaille avec la race locale de l’abeille noire qui est bien adaptée à son environnement.
Jacques pratique une apiculture de type sédentaire et ses essaims proviennent uniquement de ses propres ruchers afin de pérenniser la variété d’abeilles qu’il a sélectionnée.
Sylvie sa compagne, assure la fabrication du pain d’épices, la commercialisation du miel et participe aux travaux sur les ruchers.

Ils souhaitent agrandir raisonnablement leur exploitation, partager leur expérience apicole et vous invitent à découvrir leur région qui est encore préservée.

Bilan apicole 2016

26/09/16

Chers parrains,

Vous avez probablement entendu parlé du bilan catastrophique de cette saison apicole... Pour nous aussi cela a été une année un peu fastidieuse mais aux vues des résultats de nos confrères, nous nous estimons quand même un peu épargnés.

Malgré un printemps très arrosé et un essaimage massif nos abeilles se sont bien rattrapées pour parvenir à une récolte honorable. Les essaims tirés de nos ruches début mai se portent très bien. Ils se sont bien développés et pour la plupart sont remontés sur 10 cadres. Les provisions pour l'hiver se constituent en ce début d'automne ensoleillé. La principale source de nectar se trouve maintenant sur le lierre.
Nous préparons la mise en hivernage :  réduction des entrées et si besoin protection thermique de la grappe.
La mise en pots est terminée et vous recevrez votre miel lors de la prochaine campagne, courant novembre, début décembre, pour les fêtes (pour les parrains concernés par cette Campagne).


Maintenant nous allons commencer le nettoyage des cadres de hausses. C'est un travail assez fastidieux mais il est nécessaire de le faire régulièrement...

Nous préparons déjà la saison suivante ...


Nous remercions chaleureusement toutes les personnes qui nous ont encouragé par leurs petits mots ou leur visite .Votre fidélité nous réconforte dans les moments difficiles.
Et puis cette semaine nous avons participé à une journée de formation sur le Rucher École de Toizac (RODEZ). L'occasion pour nous d'échanger avec d'autres apiculteurs.
Pour information le congrès national d'apiculture aura lieu cette année à Clermont Ferrand.

Voilà pour les informations du Rucher du Carladez. Un grand bonjour à toute l'équipe d'Un toit pour les abeilles et à tous nos parrains !

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Carladez

Le rucher du Carladez
Les ruchers sont situés à 800m d’altitude dans les montagnes du Carladez aux confins de l’Aubrac, du plomb du Cantal et de la vallée du Lot.
Loin de toute grande culture et de source de pollution, dans un environnement souvent difficile d’accès, les abeilles produisent un miel de montagnes toutes fleurs.
La récolte se fait une fois par an autour du 15 Aout ce qui permet d’obtenir un miel contenant l’ensemble des saveurs de la flore grâce à des miellées successives : pissenlits, fleurs de printemps, ronciers, trèfles, tilleuls, chênes et châtaigniers.
Après maturation, le miel d’un gout subtil à dominante tilleul-châtaignier et d’une belle couleur ambrée est mis en pots de verre afin de conserver toutes ses qualités.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Vœux 2017
En préambule de ce message nous tenons à vous souhaiter à toutes et tous, une belle et heureuse année 2017… Que cette année vous soit pleine de douceur pour accomplir votre chemin personnel et professionnel.
Et comme il n’y a jamais assez d’occasion, nous saisissons celle-ci pour vous renouveler nos chaleureux remerciements pour votre engagement solidaire à nos côtés…
 

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Janvier poursuit le schéma de décembre. Il fait très froid dehors, et les températures sont passées en négatives dans plusieurs régions de France.

Les abeilles sont donc à l’abri, dans la ruche, formant une grappe organisée pour les maintenir au chaud. L’activité de la colonie est restreinte et les abeilles continuent à puiser doucement dans les réserves qu’elles ont pu accumuler durant les beaux jours.

D'ici quelques jours, les températures devraient remonter tout doucement et vers la troisième semaine de janvier, voire fin janvier, la Reine devrait reprendre la ponte, préparant la nouvelle colonie de Printemps. Pour l’apiculteur, janvier reste un mois de vigilance où il reste aux aguets pour maintenir la pérennité des colonies. Il veille à ce que les petites locataires des ruches ne soient pas perturbées par des prédateurs extérieurs ou par le froid et l’humidité.Un coup d’œil d’expert sera donné, sans pour autant ouvrir les ruches et risquer de perturber l’équilibre de la colonie.

Zoom sur …

La reprise de la ponte
Durant la période d’hivernage, la Reine suspend naturellement la ponte. Cette dernière a un rôle de régulateur de la population au sein de la colonie. Il serait compliqué en effet d’entretenir du couvain sans avoir suffisamment de réserves pour les nourrir. Vers la mi-janvier ou fin janvier, lorsque les températures remontent, il n’est pas rare de voir quelques abeilles, ici où là, dans votre jardin. Elles viennent aspirer les quelques gouttes d'eau fraiche, sur les feuillages persistants ou les points d’eau.

Ces « Porteuses d'eau » ou « Buveuses d'eau », comme on les nomme communément, sont annonciatrices de la reprise de la ponte par la Reine. L'eau est en effet un élément indispensable à la fabrication de la gelée royale, qui servira à nourrir la Reine en pleine reprise d'activité ainsi que toutes les larves de la ruche.

De son côté, l'apiculteur …
Comme le mois précédent, l’intervention de l’apiculteur est limitée sur le rucher. Ce dernier privilégiera les inspections visuelles pour éviter de perturber les colonies. Un contrôle des ruches par pesée pourra être un indicateur pour estimer les réserves. Toute intervention physique à cette période peut se révéler dangereuse. Déplacer la ruche risquerait notamment de « casser » la grappe d’abeilles qui permet de réguler les températures intérieures entre 15 et 37°C. En dessous de 6°C c’est la colonie tout entière qui risque de mourir…

Le Saviez – vous ?
Durant la période de froid, et pour conserver une bonne température corporelle, les abeilles consomment leurs réserves de miel. Les défécations liées à cette consommation ne sont pas faites au sein de la ruche…Les abeilles sont propres ;-) Elles vont profiter de redoux pour effectuer un « Vol de propreté » durant lequel elles vont rejeter les déchets accumulés durant plusieurs semaines ! La Nature est bien faite non !?

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Le bonheur pour une abeille ou un dauphin est d'exister. Pour l'homme, c’est de le savoir et de s'en émerveiller. » De Jacques-Yves COUSTEAU




Imprimer la page

Retour