bellon import

Logo bellon import

L'apiculteur : Francois GROS

UTPLA apiculteur Francois GROS

François est installé dans la région d’ Hyères,  dans la vallée du Gapeau, en plein cœur du Var, l'un des départements  les plus boisés de France.
En choisissant le métier  d'apiculteur, il a renoué avec une tradition familiale séculaire, et choisit de s’investir dans une démarche respectant la nature et les valeurs humaines.

Ses ruches sont disséminées sur plusieurs sites naturels, ce qui lui permet d'obtenir une grande variété de miels bénéficiant du label IGP « MIEL DE PROVENCE » (Indication Géographique Protégée).

François aime à diversifier sa production, et amène ses abeilles sur des sites très riches en biodiversité, leur permettant de visiter une grande variété de fleurs : garrigues des plateaux au nord de Toulon, maquis plus à l'Est, forêts de châtaigniers des Maures, bois riches en bruyère, collines de thym et romarin et lavandes....

Observation des abeilles au col de Babaou Collobrières

François vous propose de le rejoindre pour un temps fort dédié à l'apiculture.

RDV est donné à la coopérative Vinicole de Pierrefeu (Avenue Léon Blum, 83390 Pierrefeu-du-Var) à 9h30 le Samedi 10 Septembre 2016
Point de départ pour aller à une vingtaine de kilomètres, au col du Babaou Collobrières découvrir les ruches.
L'observation des ruches se fera par petits groupes en tenues de protections.
Le déjeuner sera pris en commun sous forme de piquenique sorti du sac.
Chacun apportera son repas et le nécessaire comme les couverts, verres, boissons...(pas de ravitaillement possible à proximité)
Merci de prendre en compte que si le terrain est plat pour se rendre au col, il faudra emprunter avec votre véhicule des pistes de pompiers dans la forêt pour y accéder...
Cette journée est gratuite.

Inscriptions ouvertes jusqu’au lundi 5 Septembre inclus sur le site via ce lien :
http://www.untoitpourlesabeilles.fr/portes-ouvertes/41-visite-des-ruches-a-la-londe-les-maures-83.html

Voir toutes ses actualités

Rucher de Gapeau

Rucher de Gapeau
Situé en plein cœur de la Vallée du Gapeau à proximité de la commune de Solliès Pont le rucher du Gapeau, enchâssé dans une nature riche, permettant aux abeilles de butiner les fleurs de la grande diversité florale, aux parfums de Provence.

François a choisi les abeilles Apis Melifica Melifica une race adaptée à la région peu agressive sauf lorsqu’elle considère que sa ruche est attaquée.
Le miel toutes fleurs destiné aux partenaires d’Un Toit Pour Les Abeilles d’une couleur ambrée semble renvoyer les rayons du soleil provençal. A la dégustation ce miel dégage des notes boisées et de noisette.

L'apiculteur : Benjamin BUREAU

UTPLA apiculteur Benjamin BUREAU

Benjamin est un jeune apiculteur "Piqué" par les abeilles en 2014 grâce à un ami.
Il a désormais l'envie que cette belle activité qui est aujourd’hui une passion, prenne de plus en plus de place dans sa vie.

En reconversion professionnelle, Benjamin a exercé 10 ans dans le tourisme d’affaires, puis à souhaité s'orienter vers une activité plus proche de la nature et de ses valeurs.
Il a obtenu en 2015 son Brevet Professionnel d'Exploitation Agricole en apiculture et souhaite développer chaque année son cheptel pour s’installer en tant que professionnel d'ici quelques années (125 ruches en Corse).
Son objectif est principalement de faire de l'élevage de reines et la création d'essaim.

Il dispose aujourd'hui de 14 ruches peuplées d'abeilles noires d'écotype Corse, qui s'épanouissent sur les maquis de Haute Corse.

Il construit lui-même ses ruches et hausses à miel en pin laricio, essence corse qui a de bonnes propriétés.

Il fabrique une peinture écologique à base de farine dit "suédoise" pour protéger ses ruches.

Travaux d'Automne

Bonjour à tous,

Après un week end chargé en étiquetage et empaquetage, les boites aux lettres des parrains concernés par la campagne d'automne devraient bientôt sentir le nectar corse ! J'espère que ces premiers échantillons vous plairont !

Je tenais à vous remercier vivement pour votre soutien, ainsi que tous les nouveaux parrains ayant récemment rejoint l'aventure.
Ces parrainages vont me permettre de développer ma petite exploitation, car les investissements sont assez importants.
Vos financements me permettent notamment d'acheter du bois, pour la construction de mes nouvelles ruches et hausses.
Parallèlement, comme je compte augmenter encore mon cheptel l'année prochaine, j'ai pas mal d'investissements en matériels pour accueillir mes futurs essaims : cadres, toits, planchers d'envol, cire... Donc à nouveau MERCI, MERCI !!

Des nouvelles de nos avettes à présent: après la récolte du miellat de septembre, qu'un certain nombre d'entre vous devraient déguster très prochainement, il est indispensable à l'apiculteur de traiter ses ruches contre le varroa, parasite de l'abeille aussi appelé poux de l'abeille qui peut faire d'importants dégats dans les colonies.
Au bout de 6 à 8 semaines après le traitement, j'ai trouvé dans l'ensemble, mes ruches en bonne santé.
A part 2 ou 3, qui ont soit perdu leur reine, soit sont très faibles et ne passeront pas l'hiver, elles sont plutôt en forme.

Mais alors que je pensais mettre mes ruches en hivernage (réduire l'entrée de la ruche pour éviter l'intrusion d'éventuels squatteurs) et les laisser tranquilles, je vais finalement les remettre au travail !
L'automne très doux et l'alternance humidité et ensoleillement que nous avons actuellement, donne une belle floraison des arbousiers, dont les abeilles sont particulièrement friandes.
Il était donc important de remettre des hausses (grenier à miel) sur les ruches, car elles étaient très populeuses et qu'elles semblaient rentrer beaucoup de nectar.
Je devrai donc faire un peu de miel en cette fin d'année, appelé ici miel de maquis d'automne.
C'est un miel très typé, caractérisé par une forte amertume, dont les nectars viennent principalement des fleurs d'arbousier. 
Les arbousiers sont très présents dans le maquis corse, et particulièrement proche de mon rucher.
C'est un arbuste qui a la particularité d'avoir des fruits et des fleurs au même moment ! Les fruits sont utilisés principalement en confiture. 

Donc voilà de quoi m'occuper pour les quelques semaines à venir, entre la construction des ruches, l'entretien du matériel, et la récolte du miel d'automne. 

Enfin, je vais également me mettre à la recherche de nouveaux terrains, pour accueillir mes essaims à venir.

D'ailleurs, j'en profite pour interpeller d'éventuels parrains Corse, qui auraient des terrains dans le maquis en Haute Corse (entre Bastia et Folleli), je cherche des lopins de terre pour accueillir mes protégées !

 Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter à tous une belle fin d'année et le meilleur pour l'année à venir !

A bientôt, Benjamin

   

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Penta di Casinca

Le rucher de Penta di Casinca
Ses ruches sont situées sur les hauteurs de Penta di Casinca, à 500m d'altitude, à une trentaine de km au sud de Bastia.

La nature y est généreuse et ses abeilles ont un terrain de jeu exceptionnel pour butiner toute l'année.

Les miels corses sont issus de fleurs sauvages et spontanées en grande majorité.
Le maquis tout proche est riche en bruyère, romarin, thym, asphodèle...et à partir de juin, c'est notamment sur les châtaigniers que les abeilles trouvent leur bonheur.
A la fin de l'été, elles descendent un peu plus en plaine pour y produire un miellat de metcalfa, miel que Benjamin vous proposera selon les récoltes, et qui est un miel foncé, caramélisé aux arômes de fruits murs, réglisse ou encore caramel.
Enfin, à l'automne, les arbousiers fleurissent et leur assurent de bonnes réserves pour l'hiver.

Benjamin devrait adhérer prochainement au Syndicat Miel de Corse, pour obtenir le label AOP Miel de Corse.
Ce label de qualité impose à l'apiculteur un cahier des charges précis et exigeant, assurant au consommateur un produit d'exception.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Vœux 2017
En préambule de ce message nous tenons à vous souhaiter à toutes et tous, une belle et heureuse année 2017… Que cette année vous soit pleine de douceur pour accomplir votre chemin personnel et professionnel.
Et comme il n’y a jamais assez d’occasion, nous saisissons celle-ci pour vous renouveler nos chaleureux remerciements pour votre engagement solidaire à nos côtés…
 

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Janvier poursuit le schéma de décembre. Il fait très froid dehors, et les températures sont passées en négatives dans plusieurs régions de France.

Les abeilles sont donc à l’abri, dans la ruche, formant une grappe organisée pour les maintenir au chaud. L’activité de la colonie est restreinte et les abeilles continuent à puiser doucement dans les réserves qu’elles ont pu accumuler durant les beaux jours.

D'ici quelques jours, les températures devraient remonter tout doucement et vers la troisième semaine de janvier, voire fin janvier, la Reine devrait reprendre la ponte, préparant la nouvelle colonie de Printemps. Pour l’apiculteur, janvier reste un mois de vigilance où il reste aux aguets pour maintenir la pérennité des colonies. Il veille à ce que les petites locataires des ruches ne soient pas perturbées par des prédateurs extérieurs ou par le froid et l’humidité.Un coup d’œil d’expert sera donné, sans pour autant ouvrir les ruches et risquer de perturber l’équilibre de la colonie.

Zoom sur …

La reprise de la ponte
Durant la période d’hivernage, la Reine suspend naturellement la ponte. Cette dernière a un rôle de régulateur de la population au sein de la colonie. Il serait compliqué en effet d’entretenir du couvain sans avoir suffisamment de réserves pour les nourrir. Vers la mi-janvier ou fin janvier, lorsque les températures remontent, il n’est pas rare de voir quelques abeilles, ici où là, dans votre jardin. Elles viennent aspirer les quelques gouttes d'eau fraiche, sur les feuillages persistants ou les points d’eau.

Ces « Porteuses d'eau » ou « Buveuses d'eau », comme on les nomme communément, sont annonciatrices de la reprise de la ponte par la Reine. L'eau est en effet un élément indispensable à la fabrication de la gelée royale, qui servira à nourrir la Reine en pleine reprise d'activité ainsi que toutes les larves de la ruche.

De son côté, l'apiculteur …
Comme le mois précédent, l’intervention de l’apiculteur est limitée sur le rucher. Ce dernier privilégiera les inspections visuelles pour éviter de perturber les colonies. Un contrôle des ruches par pesée pourra être un indicateur pour estimer les réserves. Toute intervention physique à cette période peut se révéler dangereuse. Déplacer la ruche risquerait notamment de « casser » la grappe d’abeilles qui permet de réguler les températures intérieures entre 15 et 37°C. En dessous de 6°C c’est la colonie tout entière qui risque de mourir…

Le Saviez – vous ?
Durant la période de froid, et pour conserver une bonne température corporelle, les abeilles consomment leurs réserves de miel. Les défécations liées à cette consommation ne sont pas faites au sein de la ruche…Les abeilles sont propres ;-) Elles vont profiter de redoux pour effectuer un « Vol de propreté » durant lequel elles vont rejeter les déchets accumulés durant plusieurs semaines ! La Nature est bien faite non !?

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Le bonheur pour une abeille ou un dauphin est d'exister. Pour l'homme, c’est de le savoir et de s'en émerveiller. » De Jacques-Yves COUSTEAU




Imprimer la page

Retour