CLG EXPERTISES - Réseau IXI

Logo CLG EXPERTISES - Réseau IXI

La société !Xi Groupe constitue un outil pour les experts du réseau, en mettant à leur disposition tous les services et les moyens nécessaires à l'accomplissement des missions qui leur sont confiées, dans les meilleures conditions et avec la plus grande efficacité possibles.

Au plan général, la société assure la gestion globale de l'activité du Groupe, le contrôle de la qualité, l'animation du réseau, la formation des experts, ainsi que les relations avec les assureurs et les actions de communication externes et internes.
En outre, la société a en charge le développement du réseau au sens de son adaptation constante et prospective aux évolutions de l'environnement dans lequel s'inscrit son activité.


Voir leur site internet


Les ruches en images

  • La ruche CLG EXPERTISES - Réseau IXI
  • La ruche CLG EXPERTISES - Réseau IXI
  • La ruche CLG EXPERTISES - Réseau IXI
  • La ruche CLG EXPERTISES - Réseau IXI
  • La ruche CLG EXPERTISES - Réseau IXI

L'apiculteur : Philippe CHAVIGNON

UTPLA apiculteur Philippe CHAVIGNON

Philippe s'est initié à l'apiculture il y a une vingtaine d'années en Colombie.
Installé depuis 1995 à Guillaumes dans les Alpes Maritimes où il a développé progressivement une activité apicole et de lavandiculture.
Le miel qu'il propose a le label "AB".
Le cheptel de ces dernières années est de l'ordre de 100 ruches malgré de fortes pertes hivernales. Jusqu'à maintenant, les ruchers d'hivernage se situaient dans le site des Gorges de Daluis.
Philippe pratique de la transhumance le plus localement possible dans un rayon de 20 km à vol d'oiseaux, sauf pour la lavande sur le plateau de Valensole (04).

Bilan d'année 2015

Chers parrains,

L’année  2015 a été marquée par des périodes de sècheresses prolongées. Mais  grâce à des transhumances judicieuses, nous avons réussi à tirer le meilleur partie des petites pluies localisées mais  providentielles. Cette année a ainsi été, pour moi,  la meilleure année apicole connue depuis longtemps, et ce en terme de production et de ventes, après trois années particulièrement éprouvantes, à lutter pour la survie de nos colonies et donc de mon activité !

En octobre et novembre, presque toutes les ruches ont été mises en hivernage dans le massif de l’Esterel à 1 km de la mer, près de la station de Ski de Valberg (1700 mètres). Un véritable choc thermique!

Mais la douceur automnale a stimulé les ruches qui ont butiné sur l’arbousier et le romarin. Le début de floraison du mimosa a débuté vers le 20 décembre, soit avec près d’un mois et demi d’avance, du jamais vu !

Ceci a permis la stimulation de la ponte et début janvier les ruches étaient assez fortes et les pertes peu importantes. A toute bonne nouvelle, sa contrepartie. En effet la ponte qui finalement ne s’est pas arrêtée a permis le développement du varroa, ce parasite qui vient attaquer nos abeilles. Je dois donc demeurer vigilant.

Le bilan des pertes hivernales se fait en mars, voire en avril, lors des visites de printemps qui signent la véritable reprise d’activité des ruches. Toutes les ruches parrainées seront repeuplées fin mars s’il y a eu de la mortalité cet hiver et nous enverrons des photos du rucher de l’Estérel.

Je vous dis à très bientôt,

Amitiés, Philippe

Voir toutes ses actualités

Le rucher des Gorges de Daluis

Le rucher des Gorges de Daluis
L'exploitation bénéficie d'un label Bio et dispose d'une miellerie Bioclimatique construite en mélèze local, paille et terre, et à énergie "solaire thermique" située à 1300m d'altitude.

Philippe travaille majoritairement avec des abeilles locales dites "noires" très ancienne race d'abeilles et un peu d'abeilles italiennes de race ligustica de par sa proximité géographique.

Philippe passe l'hiver en Amérique Centrale où il essaie de développer une activité apicole avec les locaux.

Il s'intéresse particulièrement à l'apithérapie.

L'apiculteur : Christian GRASLAND

UTPLA apiculteur Christian GRASLAND

Christian GRASLAND est apiculteur amateur dans la région Rennaise.

Une passion qui l'a piqué tout jeune où il construisait chez son grand-père du haut de ses 10 ans, sa première ruche avec quelques planches de bois.
Christian élève des reines et produit également des essaims (abeilles noires ou dites de pays).
Il est l'initiateur d'une association anti OGM Breton (l'Etat nature de nature anti-OGM) et a participé à de nombreuses manifestations. Christian est d'ailleurs connu pour ses prises de paroles dans le secteur apicole et auprès des instances politiques où on le surnomme Cricri l'abeille.
Il s'occupe également des ruches de la MCE (Maison de la Consommation et de l'Environnement) et récupère des essaims sur la périphérie de Rennes.

Un hiver rude pour les abeilles

La saison 2016 a été très mauvaise.

Les essaims ne sont pas assez costaud pour passer l’hiver.

2017 en garde des séquelles et va commencer très mal, il va surement falloir repeupler les ruches.

A bientôt le printemps arrive,

Christian l'ami des abeilles, l'ennemi du frelon asiatique

Voir toutes ses actualités

Le rucher de St Jacques de La lande

Le rucher de St Jacques de La lande
Christian utilise des produits naturels et s'applique à une conduite du rucher biologique dans la mesure du possible.

Bien que le territoire ne se prête pas à la labellisation biologique, il adopte une démarche respectueuse envers ses abeilles.

3 ruchers sont présents sur la commune et ces derniers offrent aux abeilles aubépine, cerisier, ronce, trèfle blanc, fruitier, tilleul pour un miel toutes fleurs.

Les colonies installées sont majoritairement des abeilles locales, dites "noires" que Christian s'attache à sélectionner ou présentant certains croisements qui ont pu apparaitre mais dont les Reines ont montré de bons résultats.

A quelques km de là, Christian cherche à construire et développer du matériel pédagogique dans son secteur d'activité :
Ruchers couvert ouvert aux publics, vitrine d'observation des colonies d'abeilles...

L'apiculteur : Stéphane JOURDAIN

UTPLA apiculteur Stéphane JOURDAIN

Stéphane a débuté il y a 4 ans, suite à un arbre mort, un noyer creux, qui s'est écrasé, dans la cour de son atelier, et qui logeait un bel essaim que personne n'avait vu à 7 mètres du sol.
Les abeilles l'ont toujours attiré depuis enfant, et cette occasion l'a poussé à franchir le pas.

Il dispose maintenant, après 4 ans de travail, d'une vingtaine de ruchers, soit des ruchers d’élevage d'abeilles, soit des ruchers de production, ces derniers migrant en fonction des floraisons.
Il récolte 7 miels différents en fonction des saisons et des emplacements des ruches dans un rayon de 40 km autour de son atelier, exclusivement sur le vexin.

Stéphane est inscrit à titre professionnel depuis quelques mois, comme agriculteur, branche apiculture.
Il a tout appris par lui-même, en lisant beaucoup et en faisant beaucoup de bêtises; il a la chance d'apprendre vite et d'être autodidacte.

De belles ruches mais une petite récolte

La saison a été difficile, j’ai dû me concentrer sur l’élevage.
Pour espérer atteindre 350 colonies d’abeilles pour des ruches dédiées à la production de miel, j’ai investi dans 160 reines que j’ai mis en ruchettes (petites ruches).
A la fin de l’hiver, une cinquantaine sera sélectionnée pour la division (opération qui consiste à prélever des abeilles sur une ruche populeuse et à intégrer une reine pour constituer une nouvelle colonie d’abeilles).
L’objectif est de refaire avec ces divisions d’autres colonies l’année suivante afin de maintenir un équilibre dans l’âge de mes colonies et de palier aux éventuelles mortalités.

Au printemps pas beaucoup de miel après une jolie miellée d’acacia.
En juillet, j’ai fais une récolte de châtaignier (ni trop chaud ni trop frais donc presque parfait) et de fleurs de prairies et forêt.
J’espère faire du miel de bruyère avec quelques ruches qui seront déplacées d’ici la fin de semaine.

Suite aux épisodes caniculaires, des ruches ont des cadres extérieurs en cire qui ont fondu.

Une ruche a été retournée par un sanglier.
Je fais actuellement le tour pour changer les cadres et j’ai pu constater qu’elle a encore sa reine.
J’y retournerai semaine prochaine pour voir si la reine est en bonne santé.

cadres de ruche

Les colonies sont belles pour hiverner puisque j’ai pris le pari de l’élevage cette année.

Voir toutes ses actualités

Aux ruchers du Vexin

Aux ruchers du Vexin

L'atelier de l'exploitation naissante est situé à Enfer (95420) ca ne s'invente pas; quoi de mieux pour faire du miel d'Enfer?
Printemps crémeux, tilleul crémeux, acacia, toute fleurs d'été et forêt forte tendance châtaignier... un autre miel de forêt sans châtaigner très doux et parfumé mais aussi un spécial de fleurs de falaises calcicoles riches en huiles essentielles, ramassé en septembre (coteaux de seine).

En 2016, Stéphane a 220 colonies. 80 étant une base pour l'élevage, le reste des colonies de production.
Comme tous les ans, un certain nombre sont défectueuses et nécessitent d'être remplacées.

A terme d'ici 3 ans, Stéphane désire atteindre un nombre de ruches de production de miel de 350 ruches et de 100 ruches souches de production d'essaims.
Il pense aussi faire des transformations à partir de ses miels comme du pain d'épices au feu de bois, nougats et autres bonbons, et spiritueux. Il a par ailleurs suivi des formations en pâtisserie et en confiseries, sur bases miel en 2015.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Le réveil des colonies ne devrait plus tarder à présent. Mais il fait encore un peu froid dehors. Alors les abeilles restent blotties, bien au chaud, dans la ruche en attendant des températures un peu plus clémentes.
En cette première semaine de mars, les prévisions météorologiques annoncent des températures encore basses, ne permettant pas un réveil actif des colonies. Les prévisions pour cette première semaine de mars annoncent une moyenne l’après-midi de 9 ou 10°C sur la grande majorité du territoire. Les abeilles, elles ont besoin de températures avoisinant les 12 ou 13°C pour commencer à sortir.



Les prochaines semaines devraient voir les températures se réchauffer sur toute la France, et avec elles la reprise d’activité des abeilles.
Il va être grand temps, pour les abeilles, cloisonnées tout l’hiver de repartir dans la nature, à la recherche des premiers nectars et pollens de printemps pour venir étoffer des réserves bien diminuées durant l’hivernage.
Dès que le ciel est suffisamment dégagé et que les températures le permettent, il n’est pas rare de voir quelques abeilles, parties en éclaireuses à la recherche de ressources proches de la ruche. Elles s’en retourneront prévenir leurs acolytes par le biais d’une « danse en huit » particulière aux abeilles et qui permet de situer l’emplacement des fleurs ou plantes mellifères repérées.

Zoom sur …
La Reine
Avec le retour des quelques nectars et pollens dans la ruche, la Reine va également pouvoir intensifier la ponte. Ce sont en effet avec ces mêmes ressources que les larves seront nourries. A l’aube du printemps, la Reine accélère son rythme de ponte, avec près de 1000 œufs pondus par jour. En pleine activité elle pourra pondre jusque 2000 œufs par jour.
Voici à gauche, une photo de Reine en train de pondre, et à droite une photo d'oeufs et de larves abeilles.

  

De son côté, l'apiculteur …

Nous y sommes… L’apiculteur va pouvoir très bientôt ouvrir les ruches. Un moment stressant pour les « bergers des abeilles » qui ont vécu dans le doute tout l’hiver. Il y a eu, ici où là quelques indices évocateurs, permettant de savoir comment se portent les ruches. Le poids par exemple, mais aussi et plus tristement les cadavres d’abeilles retrouvés au pied de certaines ruches. Mais rien d’autre. Les apiculteurs n’ont pas pu ouvrir les ruches durant l’hivernage de peur de mettre en péril les colonies. C’est cette fin mars, que l’ouverture des ruches va nous en dire davantage sur le pourcentage de mortalité des abeilles et surtout sur la santé des colonies de printemps.

Nota Bene

Avec la ponte de la Reine, le varroa reprend son activité. Il s'agit d'un acarien parasite de 1.5mm à peine, originaire d’Asie, et qui fait grand mal à nos colonies d’abeilles. Le Varroa vient en effet se greffer sur les abeilles, les larves et les nymphes qu'il pique pour en boire le sang. Les femelles varroa profitent de la reprise de la ponte par la Reine abeille, pour pondre à leur tour directement dans les cellules occupées par des larves d'abeilles. Il est donc particulièrement difficile de s’attaquer à ce parasite destructeur.



Le Saviez – vous ?
La reine ne quittera la ruche qu’une seule fois. Vierge, elle s’envolera pour ce que l’on nomme communément le « Vol Nuptial », durant lequel elle sera fécondée par plusieurs mâles qui mourront après fécondation. Cette dernière, une fois sa spermathèque bien remplie, s’en retournera à la ruche pour ne plus jamais la quitter (sauf contrainte ou chassée par une nouvelle Reine).



Un peu de poésie … La citation du mois !

« Abeilles sans Reine, ruche perdue » Proverbe russe




Imprimer la page

Retour