HOTEL METROPOLE MONTE CARLO

Logo HOTEL METROPOLE MONTE CARLO

Ouvert en 2004, l’Hôtel Métropole Monte-Carlo a été décoré par l’architecte d’intérieur Jacques Garcia qui a créé un « palace du 21ème siècle », un hôtel contemporain et racé alliant un passé glorieux et une fraîcheur méditerranéenne. Grâce à Yoshi, étoilé au Guide Michelin en mars 2010, l’Hôtel Métropole Monte-Carlo est devenu une véritable « destination de saveurs ». Outre le restaurant japonais, l’hôtel propose également à sa clientèle locale et internationale le Restaurant Joël Robuchon Monte-Carlo - 2 étoiles au Guide Michelin - le Lobby Bar, l’endroit le plus pétillant de la Principauté et le restaurant de la Piscine, véritable havre de paix en plein cœur du Carré d’Or. Le Métropole ESPA Monte-Carlo, qui a rejoint, peu après son ouverture en 2006, le cercle très fermé des « Leading Spas of the World », offre une gamme de soins alliant techniques modernes et thérapies ancestrales du monde entier pour le plus grand bien-être du visage et du corps. Plus récemment, l’Hôtel Métropole Monte-Carlo a invité Karl Lagerfeld à réinterpréter ses espaces extérieurs comprenant la piscine, sa terrasse, ses jardins mais aussi son nouveau restaurant. Un vaste projet architectural qui verra le jour en mai 2013.


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

Depuis 2007, L’Hôtel Métropole Monte-Carlo a mis en place une politique environnementale intitulée « Green Attitude » dont l’objectif principal est de réduire l’impact de son activité sur la planète et de préserver la biodiversité.

Cet engagement a été formalisé dans différentes chartes et s’adresse à tous : collaborateurs, sous-traitants, et cherche à sensibiliser sa clientèle.

L’Hôtel Métropole a également fait le choix de privilégier des fournisseurs partageant ces valeurs en les impliquant dans une politique d’achats responsable et durable.

Pour cela, l’Hôtel Métropole a mis en place le tri sélectif, le recyclage, a réfléchi pour faire des économies d’eau et d’énergie, a intensifié ses achats verts, a obtenu la certification environnementale 'Clé Verte', organise des formations pour tout le personnel, a créé un « Green Committee » composé de collaborateurs de différents services, …

En effet, l’ensemble de ses collaborateurs se sont fortement impliqués et investis au quotidien dans le respect de cette démarche.

La 'Green Attitude' s’est fortement développée, fait à présent partie intégrante de la culture d’entreprise et a de beaux projets d’actions pour l’avenir.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Nous sommes en avril. Le mois du réveil de la Nature et de sa Biodiversité…
Le soleil est de retour, et avec lui la chaleur des premiers beaux jours de printemps.



Bien que les températures soient encore douces dans certaines régions, elles sont suffisamment élevées pour déclencher les premières floraisons.
Et qui dit fleurs, dit abeilles, de plus en plus nombreuses à quitter la ruche, dès que les températures avoisinent les 12/13°C, à la recherche des tous premiers nectars et pollens de printemps.
Comme cette image d’abeille butinant une fleur de cerisier.



Elles peuvent ainsi parcourir de longues distances sur un rayon de 3 km environ, parfois un peu plus lorsqu’il n’y a pas suffisamment à butiner aux abords du rucher.
Ainsi vont leurs « vas et viens » incessants, de la ruche vers les champs et des champs vers la ruche !

Pendant ce temps, la Reine abeille reprend activement la ponte. Elle peut ainsi pondre entre 1500 et 2000 œufs par jour, donnant naissance aux nouvelles générations d’abeilles, qui prendront le relai de celles d’hiver.



Zoom sur …L’Essaimage

Durant le mois d'avril, tout s’accélère… La population de la ruche s’accroit rapidement, pour atteindre entre 40 000 et 50 000 locataires. L’organisation au sein de la colonie s’en ressent. De nouvelles générations d’abeilles et de petites « princesses » voient le jour. Elles vont petit à petit pousser l’ancienne Reine à quitter la ruche avec une partie de ses sujets. C’est ce que l’on nomme l’essaimage.
Ils partent se regrouper ainsi sur la branche d’un arbre, ou encore dans le cadre d’une porte de garage par exemple ou dans le coin d’une fenêtre, ou encore dans les cheminées.
On les voit également parfois se loger dans des lieux beaucoup plus insolites encore…

Sachez que les abeilles en essaimages sont gorgées de réserves et le plus souvent inoffensives bien que la grappe formée puisse paraître particulièrement impressionnante.
Nous vous partageons un article de notre blog très intéressant sur le sujet : www.untoitpourlesabeilles.fr/blog/essaimage-naturel/

De son côté, l'apiculteur …
L'apiculteur, comme les abeilles, s'active en avril et entre en pleine « saison apicole ».  Dans certaines régions déjà, une première récolte pourra avoir lieu durant ce mois. L'apiculteur devra alors réaliser toute une série d'opérations sur sa ruche, dont notamment la pose et le retrait de hausses (partie supérieure de la ruche dans lequel le miel est récolté).


L'apiculteur peut également être amené à diviser une ruche en deux, dans le cas d'un développement trop important, et pour éviter l'essaimage (On dit alors de la ruche qu’elle « fait la barbe »). Il peut aussi récupérer des cadres de couvain et de réserves pour les nouveaux essaims…
Bref il n'arrête pas !

Le Saviez – vous ?
C'est durant le mois d'avril que s'effectuent les vols nuptiaux. La jeune reine s'est accouplée avec une douzaine de mâles et a gardé dans sa « spermathèque » le sperme de chacun d'eux. Elle puisera tout au long de sa vie (pendant 5 à 6 ans si sa longévité le permet) dans cette réserve chaque fois qu'elle voudra féconder un de ses ovules.

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Le premier baiser, c’est l’union de deux fleurs parfumées afin que leurs senteurs mêlées appellent l’abeille à butiner »
Khalil Gibran




Imprimer la page

Retour