EVENT3

Logo EVENT3
Spécialisé dans la conception de stands d'exposition en national et international, d'espaces de communication et d'aménagements intérieurs, EVENT3 vous propose de créer et de réaliser votre projet, image forte de votre société ! Ce que nous réalisons est fait avec "l'amour du travail bien fait" à l'image de nos abeilles ! Nous savons aussi prendre le temps de l'écoute . . . !


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

Grâce au recyclage des matières comme le papier, le carton ou le plastique, les ressources de la planète, pour les générations futures, sont mieux préservées ! Nous avons souhaité participer à ces actions,en matière de protection de l'environnement,à travers le parrainage des ruches. Prenons soin d'elles ! Elles prennent soin de la nourriture de l'humanité ! L'abeille est donc devenue naturellement notre douce mascotte !

Les ruches en images

  • La ruche EVENT3
  • La ruche EVENT3
  • La ruche EVENT3
  • La ruche EVENT3
  • La ruche EVENT3
  • La ruche EVENT3
  • La ruche EVENT3
  • La ruche EVENT3
  • La ruche EVENT3
  • La ruche EVENT3
  • La ruche EVENT3
  • La ruche EVENT3
  • La ruche EVENT3
  • La ruche EVENT3

L'apiculteur : Pascale LEROY-AILLERIE

UTPLA apiculteur Pascale LEROY-AILLERIE

Pascale est issue d’une famille d’apiculteurs depuis 3 générations.
Elle s’occupe aujourd’hui de 200 ruches qui se trouvent pour la plupart autour de la ferme apicole, sur le site exceptionnel du Marais Poitevin.
Elle a reçu la certification agriculture biologique début 2015 pour la conduite de ses ruches et le lieu ou elles sont installées.
Elle propose aussi une spécialité traditionnelle à base de miel et de fruits qu’elle nomme « confimiel » et qui lui a permis de remporter le Concours des produits de Vendée.

Reconstitution du cheptel

Bonsoir,

Ce petit mot pour partager avec vous ma journée.

Je repars d’une petite quantité de colonies, au vu des mortalités importantes subies cet hiver.

Un toit pour les abeilles m'a donné un coup de pouce financier supplémentaire pour la mortalité subie sur un rucher où les 24 ruches ont été toutes décimées suite à l'attaque d'un animal.

Par contre, les colonies d'abeilles restantes sont très dynamiques.
Alors, avec Claude, mon conjoint apiculteur également et quelques woofers qui  vont m’aider, nous allons multiplier les essaims d'abeilles pour les diviser et en constituer de nouveaux…

C’est beaucoup de manutentions mais ça vaut le coup !

Je vais aussi repartir pour cette nouvelle année apicole, avec une nouveauté… Je suis inscrite à la formation « Production de gelée royale ».

Voici quelques photos des différentes étapes de multiplication et division d'un essaim :

On part d’une ruche très populeuse,

On lui superpose une autre ruche, avec des cadres de miel.

La reine va venir pondre dans cet espace doublé et bienvenu.

Quand deux cadres aux moins seront remplis de couvain, on séparera à nouveau les deux ruches, on emportera la nouvelle créée à au moins trois km et lorsque les abeilles auront élevé une nouvelle reine, on aura créé une nouvelle ruche.

   


A tout bientôt,
Pascale

Voir toutes ses actualités

Le Rucher du Marais Poitevin

Le Rucher du Marais Poitevin

Les ruches de Pascale se trouvent en plein cœur du Marais Poitevin sur une zone classée Natura 2000.
D'une grande diversité écologique, ce territoire est constitué de pairies, de zones boisées et de marais façonnés par l'homme au cours du temps. Le Marais poitevin constitue un havre pour de nombreuses espèces animales ou végétales telles que la loutre d'Europe, le vanneau huppé, l'iris jaune ou la reine des près.

Selon les saisons les abeilles de Pascale visitent les pissenlits, guimauves, lierres, saules, ronces, aubépines, sureaux...

L'apiculteur : Thierry SALAVIN

UTPLA apiculteur Thierry SALAVIN

Thierry est un apiculteur bio professionnel situé en Isère.
Il a été certifié agriculture biologique (AB) par Ecocert et Nature et Progrès (label biologique qui est basé non seulement sur des critères techniques mais également sur des aspects environnementaux, sociaux et économiques ou encore éthiques).

Il a découvert et démarré l'apiculture en 2010 en récupérant des essaims vagabonds.
Sans lien familial avec l'apiculture, il a acquis son expérience en se formant et en travaillant chez des apiculteurs en Australie.

Il a un cheptel actuel de plus de 200 ruches.
Thierry utilise des ruches Warré qui privilégient une apiculture douce et respectueuse des abeilles.

La majorité de ses ruchers sont situés sur les massifs alpins vierges de cultures aux alentours de Grenoble (Chartreuse, Vercors, Belledonne, Ecrins).
Thierry pratique la transhumance locale dans un petit rayon (40km) pendant la saison pour des miels de crus (châtaignier, acacia, haute montagne).

Point Septembre Portes ouvertes 2016

Cher(e)s parrains,
Comme je vous le disais précédemment, la saison a été assez chaotique.
Pas mal d’essaimage sur mes ruches de production (une partie de la colonie part de la ruche avec la reine).
En septembre, je peux dire que le niveau sanitaire est correct, les abeilles ont de belles provisions pour l’hiver, les colonies sont donc en bonne santé.


Avec actuellement 250 ruches de production – élevage, j’ai pu récolter autant de miel qu’avec 80 ruches l’an passé, cela vous permet donc d’évaluer le niveau de récolte de 2016 !
Sur mes deux récoltes l’une est plus à dominante fleurs sauvages, l’autre plutôt forêt-montagne (tilleul, ronces, châtaignier mais pas de sapin contrairement à 2015).


Par ailleurs, je vous propose de venir me rencontrer lors de portes ouvertes mercredi 21 et samedi 24 septembre à la miellerie dans le cadre de la campagne « manger bio et local c’est l’idéal ».
De 9 h à 17 h durant les 2 jours, visite miellerie, découverte du travail des abeilles, différence bio/pas bio, et exigences des certifications AB et Nature et Progrès, observation abeilles au travers d’une ruche vitrée, panneaux pédagogiques, dégustation, vente de miels.


Miellerie du Peuple Zélé
8 Bis Route de Grenoble
38120 Saint-Egreve
peuplezele@gmail.com

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Chartreuse

Le rucher de la Chartreuse
Les ruches sont situées dans le parc naturel régional de la Chartreuse, à 800m d'altitude qui offre une diversité de milieux naturels.

Le parc est ainsi constitué de forêts qui varient du chêne à des hêtraies-sapinières jusqu'aux épicéas à 1500 m d'altitude mais aussi d'étendue de pelouse et prairies.
Les eaux de source provenant des torrents et zones humides environnant le rucher sont d'excellente qualité.

Le miel récolté par la miellerie du Peuple Zélé est selon les floraisons de forêt à dominante de tilleul et pointe de châtaignier et de fleurs de chartreuse qui sont issues des sous-bois comme les ronces et framboisiers avec un arôme floral, frais, naturellement crémeux.

Thierry pratique un élevage et une sélection massale de ces abeilles afin de tirer le meilleur parti de chaque abeille (productivité, caractère...).
Il a ainsi commencé son cheptel avec des abeilles locales ou dites "noires" issus d'essaims cueillis dans la Vallée et qui ont permis la création d'autres colonies d'abeilles avec des croisements naturels contrôlés. Aujourd'hui il a des colonies avec un brassage d'origines qui sont adaptées localement.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Nous sommes en avril. Le mois du réveil de la Nature et de sa Biodiversité…
Le soleil est de retour, et avec lui la chaleur des premiers beaux jours de printemps.



Bien que les températures soient encore douces dans certaines régions, elles sont suffisamment élevées pour déclencher les premières floraisons.
Et qui dit fleurs, dit abeilles, de plus en plus nombreuses à quitter la ruche, dès que les températures avoisinent les 12/13°C, à la recherche des tous premiers nectars et pollens de printemps.
Comme cette image d’abeille butinant une fleur de cerisier.



Elles peuvent ainsi parcourir de longues distances sur un rayon de 3 km environ, parfois un peu plus lorsqu’il n’y a pas suffisamment à butiner aux abords du rucher.
Ainsi vont leurs « vas et viens » incessants, de la ruche vers les champs et des champs vers la ruche !

Pendant ce temps, la Reine abeille reprend activement la ponte. Elle peut ainsi pondre entre 1500 et 2000 œufs par jour, donnant naissance aux nouvelles générations d’abeilles, qui prendront le relai de celles d’hiver.



Zoom sur …L’Essaimage

Durant le mois d'avril, tout s’accélère… La population de la ruche s’accroit rapidement, pour atteindre entre 40 000 et 50 000 locataires. L’organisation au sein de la colonie s’en ressent. De nouvelles générations d’abeilles et de petites « princesses » voient le jour. Elles vont petit à petit pousser l’ancienne Reine à quitter la ruche avec une partie de ses sujets. C’est ce que l’on nomme l’essaimage.
Ils partent se regrouper ainsi sur la branche d’un arbre, ou encore dans le cadre d’une porte de garage par exemple ou dans le coin d’une fenêtre, ou encore dans les cheminées.
On les voit également parfois se loger dans des lieux beaucoup plus insolites encore…

Sachez que les abeilles en essaimages sont gorgées de réserves et le plus souvent inoffensives bien que la grappe formée puisse paraître particulièrement impressionnante.
Nous vous partageons un article de notre blog très intéressant sur le sujet : www.untoitpourlesabeilles.fr/blog/essaimage-naturel/

De son côté, l'apiculteur …
L'apiculteur, comme les abeilles, s'active en avril et entre en pleine « saison apicole ».  Dans certaines régions déjà, une première récolte pourra avoir lieu durant ce mois. L'apiculteur devra alors réaliser toute une série d'opérations sur sa ruche, dont notamment la pose et le retrait de hausses (partie supérieure de la ruche dans lequel le miel est récolté).


L'apiculteur peut également être amené à diviser une ruche en deux, dans le cas d'un développement trop important, et pour éviter l'essaimage (On dit alors de la ruche qu’elle « fait la barbe »). Il peut aussi récupérer des cadres de couvain et de réserves pour les nouveaux essaims…
Bref il n'arrête pas !

Le Saviez – vous ?
C'est durant le mois d'avril que s'effectuent les vols nuptiaux. La jeune reine s'est accouplée avec une douzaine de mâles et a gardé dans sa « spermathèque » le sperme de chacun d'eux. Elle puisera tout au long de sa vie (pendant 5 à 6 ans si sa longévité le permet) dans cette réserve chaque fois qu'elle voudra féconder un de ses ovules.

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Le premier baiser, c’est l’union de deux fleurs parfumées afin que leurs senteurs mêlées appellent l’abeille à butiner »
Khalil Gibran




Imprimer la page

Retour