ECOLE SAINTE CLOTILDE

Logo ECOLE SAINTE CLOTILDE

Une école maternelle & élémentaire

L’école mixte Sainte-Clotilde, sous contrat d’association, accueille environ 405 élèves répartis en 15 classes (5 maternelles et 10 élémentaires) et compte 23 enseignants, dont 5 professeurs (anglais, sport, informatique et arts plastiques), ainsi que 9 membres du personnel administratif et de services.

Bienvenue Ecole

Située dans un hôtel particulier datant de 1708 sur cour et jardin, elle offre deux aires de jeux distinctes pour les petits et les plus grands.Grâce aux efforts des parents et sous l’égide de l’OGEC, d’importants travaux de mise en conformité et d’amélioration des classes ont été effectués depuis 2001.

Batiment Ecole

Un enseignement de qualité

L’enseignement est à la fois classique et ouvert sur l’extérieur. La dimension familiale de l’école rassure les plus petits et permet l’épanouissement de tous. Frères et sœurs d’une même famille se retrouvent à Sainte-Clotilde ce qui renforce les liens entre les différents âges. Les familles du quartier se lient d’amitié autour de l’école et instaurent un climat de solidarité, véhiculé d’autant plus par une association des parents (APEL) très active.


Les ruches en images

  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE
  • La ruche ECOLE SAINTE CLOTILDE

L'apiculteur : Grégoire HEINRICH

UTPLA apiculteur Grégoire HEINRICH

Grégoire est un jeune apiculteur qui habite à Toulouse.
Il a le projet de s'installer en tant qu'apiculteur professionnel dans les prochaines années et souhaite développer progressivement le nombre de ses ruches pour arriver à 200 au moment de l'installation.
Il espère ensuite vendre son miel sur les marchés à Toulouse et dans le Tarn, mais aussi du pollen, de l'hydromel, et d'autres produits de la ruche.

Parallèlement au développement de son activité apicole, il est saisonnier chez des apiculteurs professionnels.
Cela lui permet de vivre sa passion pour l'apiculture mais aussi de continuer à apprendre et à se former.

Bilan saison 2016

Mon cheptel est entièrement parrainé soit 74 ruches !
Au printemps j’ai fait des essaims avec les 60 ruches de sortie d’hiver.
Cela consiste en la division des colonies pour constituer de nouveaux essaims que je vends ou que je garde en prévision de repeupler mes ruches.
J’ai pu faire environ 60/70 nouvelles colonies.
Mes colonies sont belles en cette fin de saison et assez fortes pour passer l’hiver !


Globalement au printemps, quelques difficultés et ce, jusque juin dû à un temps mitigé.
Les floraisons ont été retardées soit un nourrissement faible qui a ralenti le développement des colonies donc moins prêtes a être productive à la saison forte.
Les hausses à miel ont pu être mises mi-juillet (contre fin juin / début Juillet habituellement) permettant le stockage du miel récolté par les abeilles.
J’ai retiré les hausses fin Aout contenant du toutes fleurs, miellat, tournesol, sarrasin (de plus en plus dans le Tarn).
J’ai une récolte convenable par rapport aux espérances, on espère toujours plus même si ce n’est pas si mal par rapport à l’an passé.

Voir toutes ses actualités


Le rucher de Lavaur

Le rucher de Lavaur
Le 1er rucher est situé à côté de Lavaur dans le Tarn, à 35 min de Toulouse.


Grégoire a choisi de travailler avec des abeilles locales dites "noires" et de race Caucasienne.

Les récoltes espérées sont du miel de printemps, du miel toutes fleurs et du miel de tournesol.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Nous sommes en avril. Le mois du réveil de la Nature et de sa Biodiversité…
Le soleil est de retour, et avec lui la chaleur des premiers beaux jours de printemps.



Bien que les températures soient encore douces dans certaines régions, elles sont suffisamment élevées pour déclencher les premières floraisons.
Et qui dit fleurs, dit abeilles, de plus en plus nombreuses à quitter la ruche, dès que les températures avoisinent les 12/13°C, à la recherche des tous premiers nectars et pollens de printemps.
Comme cette image d’abeille butinant une fleur de cerisier.



Elles peuvent ainsi parcourir de longues distances sur un rayon de 3 km environ, parfois un peu plus lorsqu’il n’y a pas suffisamment à butiner aux abords du rucher.
Ainsi vont leurs « vas et viens » incessants, de la ruche vers les champs et des champs vers la ruche !

Pendant ce temps, la Reine abeille reprend activement la ponte. Elle peut ainsi pondre entre 1500 et 2000 œufs par jour, donnant naissance aux nouvelles générations d’abeilles, qui prendront le relai de celles d’hiver.



Zoom sur …L’Essaimage

Durant le mois d'avril, tout s’accélère… La population de la ruche s’accroit rapidement, pour atteindre entre 40 000 et 50 000 locataires. L’organisation au sein de la colonie s’en ressent. De nouvelles générations d’abeilles et de petites « princesses » voient le jour. Elles vont petit à petit pousser l’ancienne Reine à quitter la ruche avec une partie de ses sujets. C’est ce que l’on nomme l’essaimage.
Ils partent se regrouper ainsi sur la branche d’un arbre, ou encore dans le cadre d’une porte de garage par exemple ou dans le coin d’une fenêtre, ou encore dans les cheminées.
On les voit également parfois se loger dans des lieux beaucoup plus insolites encore…

Sachez que les abeilles en essaimages sont gorgées de réserves et le plus souvent inoffensives bien que la grappe formée puisse paraître particulièrement impressionnante.
Nous vous partageons un article de notre blog très intéressant sur le sujet : www.untoitpourlesabeilles.fr/blog/essaimage-naturel/

De son côté, l'apiculteur …
L'apiculteur, comme les abeilles, s'active en avril et entre en pleine « saison apicole ».  Dans certaines régions déjà, une première récolte pourra avoir lieu durant ce mois. L'apiculteur devra alors réaliser toute une série d'opérations sur sa ruche, dont notamment la pose et le retrait de hausses (partie supérieure de la ruche dans lequel le miel est récolté).


L'apiculteur peut également être amené à diviser une ruche en deux, dans le cas d'un développement trop important, et pour éviter l'essaimage (On dit alors de la ruche qu’elle « fait la barbe »). Il peut aussi récupérer des cadres de couvain et de réserves pour les nouveaux essaims…
Bref il n'arrête pas !

Le Saviez – vous ?
C'est durant le mois d'avril que s'effectuent les vols nuptiaux. La jeune reine s'est accouplée avec une douzaine de mâles et a gardé dans sa « spermathèque » le sperme de chacun d'eux. Elle puisera tout au long de sa vie (pendant 5 à 6 ans si sa longévité le permet) dans cette réserve chaque fois qu'elle voudra féconder un de ses ovules.

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Le premier baiser, c’est l’union de deux fleurs parfumées afin que leurs senteurs mêlées appellent l’abeille à butiner »
Khalil Gibran




Imprimer la page

Retour